Les ariégeois conquièrent le Monde

Margaux 2017, Sun, Wind and Waves

Je finis mon 4 ème mois en Nouvelle-Zélande et mes premiers pas sur cet archipel totalement atypique me paraissent être à des années lumières.

Après un chouette Noël entre amis et famille, des kilos de nourriture à transporter pour les animaux et des heures de ponçage, il est temps de dire au revoir à ma première famille d’accueil néo-zélandaise. Je ne perds pas une minute car à 700 kilomètres de là Karen et Clayton mes hôtes pour les prochaines semaines m’attendent.

J’ai conduit jour et nuit, traversé les plaines vertes, les vallées volcaniques et les sinueux reliefs de l’île Nord. Le Wairarapa c’était pas prévu et j’adore ça ! Je me souviens, Cédric et moi l’avions traversé du Nord au Sud, on avait découvert notamment le Cap Palisser et son phare en haut des 250 marches, tu te souviens ? Déjà, à ce moment-là, on avait été marqué par la beauté de ces paysages sauvages … alors la deuxième couche est forcément une belle redécouverte ! 

Tu le sais, en Nouvelle-Zélande on ne s’embarrasse pas des futilités. Tu marches pieds nus dehors, mais dedans, tu es prié de laisser tes bottes pleines de terre à l’extérieur des bâtiments … et tu fais tes courses en chaussettes. Easy life. 

Ici, dans la région du Wairarapa on est entre amis, alors l’ambiance est encore plus relax. On évite (un peu) les gens du Nord (plus précisément les Aucklandais) qu’on prend pour des gens guindés et précieux. Ici, on est entourés de fermes et les gens travaillent la terre. Ils ont la peau labourée par le soleil et le vent ; leurs mains sont charnues et marquées par l’effort qu’elles fournissent … et leur coeur… il est rempli d’humanité. Ici, on est au bout du monde. Au bout du bout. La route goudronnée s’arrête après la ville de Martinborough c’est à 30 min d’ici et il n’y a qu’une route de gravelle pour aller jusqu’à la côte. 

Les virages sont serrés, les à pics nombreux, les paysages toujours plus grandioses. Les villes s’égrainent jusqu’à l’Océan … celui qui sépare le pays en deux par le détroit de Cook. J’intègre une nouvelle famille, celle de Karen et Clayton, deux néo-zélandais qui possèdent une ferme incroyable et atypique à 20min de la côte. Tous deux sont natifs de la région où ils ont vécu toute leur vie. Karen est professeur des écoles, Clayton s’occupe de 1500 moutons, d’une cinquantaine de vaches et d’abeilles dont il est on ne peut plus fier. Dans le coin on récolte du miel de Manuka que nous avons la chance de goûter à-même la ruche. Un délice. 

Je fais équipe avec Grégoire et Sigma, deux allemands qui se sont rencontrés dans une auberge du Northland et qui ont décidé de voyager ensemble vers le Sud pour partager les frais. Tous les trois on s’occupe d’embellir la propriété de nos hôtes qui en échange prennent un vrai plaisir à nous faire découvrir la vraie vie kiwis. Nous passons indifféremment nos journées entre terre et mer et, naturellement on part à la pêche à la langouste ou tondre les moutons.

Les expériences s’enchainent, les moments partagés s’accumulent et une certaine complicité naît. Loin de la mégalopole Auckland, l’aventure prend un nouveau tournant. 

Kilomètres parcourus depuis le 25 août 2016 : 36.380 kms
19.510
  en avion

3.898 en bus
1.024 en train
110.898 en voiture
50 en bateau

Toute l’aventure de Margaux sur : margauxvallet.wixsite.com

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top