Mon métier en Ariège

Pour Joseph Calvi, l’artisanat est capital pour le département

Il y a quelques jours, Azinat.com a rencontré Joseph Calvi, président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Ariège. Il nous livre son sentiment sur l’avenir de l’artisanat et son importance dans les territoires ruraux de montagne comme l’Ariège, et nous parle des projets de la chambre pour 2017.

«Depuis six ans, malheureusement je trouve que l’on a plus été dans la résistance que dans la construction. On s’est beaucoup battu pour défendre l’apprentissage, ce qui peut paraître paradoxal puisque 80 % des jeunes qui sortent de notre CFA trouvent un emploi.

Par la suite dans les 10 années qui suivent il y en a un sur deux qui va créer une entreprise, il est donc incroyable de ne pas être soutenu par les pouvoirs publics. On a vécu un phénomène assez particulier puisque l’auto-entreprise s’est transformée en micro entreprises c’est-à-dire un régime social et fiscal, ce phénomène c’est développé et le souci c’est que l’on a créé dans notre secteur une forme de précarité avec des entreprises qui, pour la plupart, ne gagnent pas le SMIC à l’heure et donc des protections sociales qui ne sont pas dignes d’un grand Pays.

On a résisté et c’est venu à mener une concurrence que l’on pourrait qualifier de déloyale avec d’autres entreprises artisanales qui ne sont pas sur les mêmes charges fiscales et sociales. C’est regrettable que sur un même territoire et un même secteur économique que l’on ait inventé un système ou deux entreprises n’ont pas forcément les mêmes règles du jeu et ça nous a énormément occupé .

L’artisanat est le premier employeur et la première force économique du département

L’artisanat est le premier employeur et la première force économique du département, et nous avons l’intention de nous rapprocher de tous les hommes politiques du département qui veulent trouver des solutions d’avenir et d’emploi pour les jeunes de leur territoire. Je pense que si nous travaillons tous ensemble de façon intelligente, nous aurons demain un avenir positif dans notre département.

Il est évident que le secteur qui a le plus souffert de la crise c’est le bâtiment. C’est un secteur où, s’il n’y a pas une politique de soutien derrière, et étant donné que c’est un très très gros employeur, il y aura, en terme d’emplois, des résultats catastrophiques. Ce que l’on peut regretter c’est que, au niveau national, on ai vu des politiques se mobiliser pour sauver des usines de 300 – 400 salariés, et ils ont bien raison, mais c’était une période où le bâtiment perdait 400 emplois par jour.

Voilà demain les défis à relever pour l’artisanat : faire comprendre aux politiques que l’on a la solution de développement d’entreprises et de création d’emplois.

la chambre de métiers de l’Ariège n’est pas très riche, c’est une des plus petite chambre de France, donc on doit trouver des solutions pour continuer à travailler et à bien travailler. On a créé il y a quelques années « la cité du goût et des saveurs » qu’on a repris d’une chambre à Saint-Brieuc, qui a inventé le concept, et on l’a adapté à une chambre de métiers rurale.

Demain le FABLAB

Aujourd’hui ça met en avant les professionnels ariégeois, les produits locaux et quelque part notre CFA, puisque la plupart des cours se déroulent dans le restaurant d’applications du CFA.

Demain on va chercher et aider une nouvelle génération d’entrepreneurs avec le Fablab, des outils ultra modernes qui vont être mis à disposition des toutes petites entreprises pour leur permettre de se développer, mais aussi quelque part de créer ensemble, et d’amener une dynamique dans notre département.

L’artisanat permet aux jeunes de rester au pays et de développer leur activité au pays

Je suis Vice-Président National, et à ce niveau là je vais avoir un nouveau gouvernement qui va arriver prochainement et on aura à construire, avec ce nouveau gouvernement, l’avenir de l’artisanat et l’avenir de l’apprentissage et on va se mobiliser pour que, dans les décisions importantes que prendra ce gouvernement, l’intérêt que représente l’artisanat et l’apprentissage n’échappent pas aux politiques.

 L’atout de l’artisanat c’est qu’il est installé sur l’ensemble du territoire et qu’il forme les jeunes de l’ensemble du territoire, y compris ceux qui ont été abandonné ces dernières années.

On travaille au quotidien pour améliorer la mobilité et de permettre à ces jeunes qui sont sur des zones de montagne de pouvoir trouver des entreprises et venir se rendre à l’apprentissage. On travaille aussi à leur trouver un hébergement et faire en sorte que l’apprentissage, y compris en milieu rural soit toujours un atout et qu’il permette à des jeunes d’avoir une vraie solution d’avenir, de rester au pays et de développer leur activité au pays.»

Joseph Calvi pour Azinat.com

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top