Saint-Girons Couserans

La Bastide de Sérou, sur les routes de l’Ariège

Située dans le massif du Plantaurel entre Foix et Saint-Girons, La Bastide de Sérou fait partie du PNR des Pyrénées ariégeoises.

Historiquement Pays des Serones, ancienne peuplade gauloise. Elle fut occupée un temps par les Romains attirés par la région pour l’abondance des gites métallifères. On trouve aussi des traces des Arabes, qui, refoulés vers les Pyrénées après leur échec de Poitiers, s’emparèrent de Foix en 732

Au Moyen Âge, La Bastide-de-Sérou est chef-lieu de l’une des seize châtellenies du Comté de Foix. Des vestiges sont encore visibles (Amphores de Nescus, lac asséché d’Alzen, mines des Atiels, chemin gallo-romain vers Castelnau-Durban).

En 1150, la Bastide-de-Sérou s’appelait Montesquieu (Mont Farouche) et était alors composée des quartiers Noir et de la Faurie. En 1246, Montesquieu devient la Bastide d’Antuzan.

En 1252, la commune passe sous le régime de la charte de Roger IV de Foix qui remet en question le monopole des moulins et forges. La place retrouve son nom primitif et Roger IV l’entoura d’une enceinte de murailles avec quatre portes : la porte du Mas, la porte de Foix, la porte d’Arize et la porte de la Faurie.

C’est au xive siècle que le bourg prend son nom actuel. Le château, mentionné en 1255, fut rasé sous ordre de Louis XIII. Il abritait une garnison du Comte de Foix, ainsi qu’une prison. Son imposante enceinte était suivie par des escoussières (chemin de ronde). La ville était encore enclose en 1672.

A savoir :

Lucien Lafont de Sentenac, directeur des haras de Cluny (années 1920) habitant à Estaniels (proche de La Bastide-de-Sérou) a réhabilité le cheval de Mérens comme cheval de compagnie.

A voir :

– Halle du 19éme (1830), avec ses trois mesures à grains en pierre (un hectolitre, un demi-hectolitre et un quart d’hectolitre) : construite sur l’emplacement d’anciennes halles (seconde moitié du XIIème siècle, incendiées en 1621, réparées en 1785), détruites au 19éme siècle qui comportaient 21 piliers.

– Maisons anciennes à colombage (l’une d’elle remonte à 1645 ; les autres sont du 18éme)

– Restes de fortifications (Voir étude de J. Baylé) ; Vestiges de remparts et des portes d’entrée ( qui étaient: Porte de Foix; Porte de la Faurie; Porte du Mas; Porte d’Arize) ; Ruines du château démoli au XVIIéme

Château de La Bourdette (privé) : ayant appartenu à la famille de Morteau depuis le 17éme siècle, il est reconstruit au 19éme.

– Ancien moulin à farine

–  « Château de Bugnas » : construit au 17éme siècle sur des fondements datant du XIIème (privé)

– Mine antique de cuivre gallo-romain au lieu-dit « Le Goutil ». Privé. M.H. : 20/04/1980

– Tour du Loup : château du 13éme (mention en 1243). Privé. M.H. : 07/12/1994 (de la famille des comtes de Foix) : en cours de « restauration »…

600px-Blason_ville_fr_La_Bastide-de-Sérou_(Ariège).svgBlason d’azur à une tour d’or sur une terrasse de sinople.

Sources : fr.wikipedia.org / www.mairielabastidedeserou.fr / www.histariege.com

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Sur les routes de l’Ariège « On the road Again » troisième semaine – Actualités en Ariège sur Azinat.com

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top