Politique

Première réunion publique pour « En Marche » en Ariège

C’est vendredi dernier à Crampagna, que la première réunion publique pour la présidentielle a été organisée sur notre département, et c’est le mouvement « En Marche » qui était à la manoeuvre.

Alors que la campagne, après l’organisation  des primaires (à gauche et à droite) semble au point mort sur l’Ariège, le mouvement « En Marche » organisait sa première réunion publique dans le cadre de la présidentielle.

Le mouvement qui commençait à prendre son envol à peine il y a quelques semaines, a franchi le pas en organisant cette première rencontre qui a réuni une centaine de partisans et curieux à la salle des fêtes de Crampagna.

La soirée avait pour objectif de présenter les membres « actifs » du mouvement sur l’Ariège et deux points particuliers du programme d’Emmanuel Macron : « Travail et Emploi » et « Territoires et ruralité ». Ce dernier point est jugé prioritaire pour un département « à gauche » comme l’Ariège et qui fait l’objet d’interrogations dans les départementaux ruraux comme le nôtre. «En marche est jugé comme un mouvement politique urbain par les ruraux et il est de notre devoir de présenter les solutions qu’Emmanuel Marcon propose pour ces territoires, c’est essentiel» précise Michel Bernos du comité politique national.

Michel Bernos un des ténors de la campagne du mouvement et maire de Jurançon a été chargé d’animer la soirée après que les membres locaux ont été chargés de chauffer la salle en présentant les principes de « bienveillance » propres au mouvement et les deux points du programme choisis pour la réunion.

De nombreuses questions ont été posées par la salle et certaines sont restées en suspend et fait l’objet d’un recadrage : une question sur la désaffection des commerces de centres villes comme Pamiers, jugée plus de la responsabilité de politiques locales et des élus locaux qui ont été pour l’occasion sommés de prendre leur responsabilité et assumer les choix politiques du passé.

Une autre interrogation a été soulevée par Arnaud Diaz, Maire de l’Hospitalet et créateur du mouvement « La montagne Rebelle » sur les propositions de suppression de la taxe d’habitation pour les classes moyennes et de son impact sur l’autonomie budgétaire des communes rurales.

La soirée s’est terminée, comme il se doit, par un verre de l’amitié où les organisateurs ont pu se féliciter du succès rencontré et du travail accompli, car on l’oublie : tous sont des novices en politique et connaissent avec « En Marche » leur première expérience de militantisme !

 

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top