écrivain

Thierry Fischer : « Le Messager de la Bastide » l’éternelle et inépuisable force des passions religieuses

Né en 1947 au Maroc, Thierry Fischer a passé sa petite enfance dans l’Ariège, département d’origine de sa famille maternelle. Il a été scolarisé à l’école communale de la tour du Crieu . Il habitait avec sa famille (son père était à l’époque professeur au Lycée de Pamiers) au château des Allemens.

C’est au gré des différentes affectations de son père, promu proviseur, qu’il connaîtra l’Extrême Orient, l’Afrique et la Polynésie notamment. Revenu en France, il effectuera des études supérieures à la faculté de droit de Toulouse puis de Clermont Ferrand jusqu’à un doctorat à la Faculté de Nanterre.

C’est en 1968 qu’il rencontrera son épouse, originaire du Mas d’Azil, et c’est en accompagnant, à l’occasion, dans ses visites son beau-père médecin du village, qu’il s’intéressera à l’histoire du pays ariégeois  pendant les guerres de religion.

Retraité du Ministère des Finances Publiques, passionné – entre autres – d’équitation, de cinema et de littérature, il vit en Normandie dans la région de Saint-Lô connu pour être le haut lieu de l’élevage du cheval de selle français. Il a possédé une extraordinaire jument « noire » que l’on retrouve dans son roman. Il revient régulièrement dans le pays Ariégeois ou il conserve de nombreux amis.

Le Messager de la Bastide

Dans son roman, Le messager de la Bastide, avec en toile de fond des faits historiques survenus dans la région, Thierry Fischer évoque l’éternelle et inépuisable force des passions religieuses, causes ou prétextes majeurs de conflits, l’omniprésence du hasard dans la destinée humaine, la prédestination familiale, la défiance à l’égard de l’étranger et de celui qui porte un regard différent sur les événements auxquels il est confronté.

Le cavalier, personnage central de cette histoire, apparu et disparu tout aussi mystérieusement à la Bastide, délivre son message qui pourrait tout aussi bien concerné notre époque. Sera-t-il entendu ? Mais d’abord qui l’a envoyé, est-il ange ou démon ? Chacun trouvera, s’il le souhaite, sa propre réponse sachant pour finir que ce récit recèle de nombreux secrets.   

« Le Messager de la Bastide » participera cette année au concours du salon du Livre Pyrénéen de Bagnères de Bigorre (30 septembre et 1er octobre 2017) et sera présenté par son auteur sur le Salon du Livre de Tarascon sur Ariège le 13 août prochain. En vente chez Vox Scriba à Tarascon sur Ariège, à la librairie Surre de Foix et sur le site www.voxscriba.com.

« Le Messager de la Bastide » de Thierry Fischer
Publications Vox Scriba®

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top