écrivain

«Traque au thé dansant», une enquête 100% ariégeoise

Claude Souquet, ariégeois passionné d’écriture, et auteur de « Bosc », « Sur les sentiers de la Liberté » et de « Un risque majeur » signe son quatrième roman, un polar dont l’action est bien ancrée en Ariège au coeur du Couserans

Pour les anciens en quête des derniers feux de l’amour comme pour ceux que la vie a bousculés, les thés dansants du dimanche sont synonymes d’ambiance assurée. Un terrain de chasse idéal pour un prédateur au pays des battues au sanglier, entre Couserans, Comminges et plaine toulousaine.

Costumes sombres et chemisiers lumineux habillent de tendresse et d’amitié ces après-midi passées au rythme de la valse lente, du chachacha ou de la rumba. Mais que cherche le séducteur Bo Gosse dans ce petit monde dédiés aux ultimes jeux de séduction rythmé qui animent les pistes du dimanche ? 

Le commandant Bertrand Bosc aura bien besoin de Florence, Daniel, Aude, de la profileuse Marthe Ferrer, et du major Paul Dubois pour traquer la bête.

Bo Gosse était là, assis en bordure de piste. C’est Bertrand qui l’avait ainsi surnommé. Assez grand, mince, des cheveux argentés, ondoyants, il impressionnait favorablement les femmes. Cela flattait son ego. Bien sûr les hommes le trouvaient trop séduisant, trop élégant, trop bon danseur, trop…

Lui s’en moquait, cela ne le gênait pas. Il savait sourire, se montrer convivial, lancer des clins d’œil, des petits gestes pour s’infiltrer dans les groupes, se faire accepter. Un vrai charmeur. Il évitait d’inviter les femmes qu’il savait en couple. Sauf si leur compagnon dansait avec une copine. Il avait le choix. Tiens, cette brunette… elle ne semblait pas accompagnée, au prochain paso, il l’inviterait. Il procédait de manière graduée dans ses approches : ne jamais débuter par un tango ou un slow… mieux valait rompre la glace par une Marche ou un Paso. Les danses plus intimistes viendraient ensuite, seulement si les premiers contacts s’étaient révélés encourageants. Il maîtrisait à merveille toutes ces techniques. Oui, cette brunette, plutôt bien balancée, il la “sentait” déjà dans ses bras. Et que lui importeraient les regards assassins de Châtel et autres jaloux de l’assemblée. Ils ignoraient à qui ils avaient affaire.

Claude Souquet anime la chronique « À vos plumes » sur des radios locales.

Claude Souquet dédicacera « Traque au thé dansant » à la librairie La Mousson de Saint-Girons, samedi 22 avril à partir de 10 h

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top