Histoire

Le 1er convoi de déportation de France est parti du Vernet d’Ariège !

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. » Winston Churchill

En février 2015, l’Amicale des Anciens Internés Politiques et Résistants du camp de concentration du Vernet d’Ariège avait lancé un appel sur Internet et par voie de presse pour effectuer des recherches aux Archives Départementales de l’Ariège.

Le but était de répertorier les noms des personnes internées et déportées afin de réaliser les panneaux qui seront installés sur l’Espace Gare-Wagon.
Deux convois d’internement on été choisi symboliquement pour l’année 1939 :

  • 12 octobre 1939 : un convoi de 465 étrangers indésirables en provenance du camp de concentration de Roland Garros (75)
  • 5 décembre 1939 : un convoi de 224 Républicains Espagnols en provenance du fort de Collioure (66) quand ce dernier a été fermé

ainsi que six convois de déportation, avec le premier convoi de déportation de France et le dernier parti du camp de concentration du Vernet d’Ariège à sa fermeture :

  • 25 juillet 1940, 178 étrangers indésirables remis aux autorités allemandes
  • 22 mars 1941, 98 étrangers indésirables déportés vers le camp de concentration de Djelfa en Algérie
  • 1er septembre 1942, 46 enfants juifs déportés
  • 18 juillet 1943, 107 Italiens rapatriés de force & encadrés par 127 carabiniers venus les chercher
  • 20 juin 1944, 43 étrangers indésirables déportés vers le camp de concentration de Dachau après qu’une unité de l’armée allemande ait pris le commandement du camp
  • 30 juin 1944, les 403 dernières personnes déportées vers le camp de concentration de Dachau pour les hommes et le camp de concentration de Ravensbrück pour les femmes par le tristement célèbre « Train fantôme »

Dans un premier temps, ces recherches ont été concentrées sur les dossiers individuels des internés. Ce qui malheureusement n’a pas permis d’établir des listes complètes pour ces convois.

L’Amicale a alors élargi son champ d’investigations, en consultant les rapports mensuels établis par l’administration du camp, le courrier des internés, et toutes sortes de documents d’archives.

Aujourd’hui, le bilan de ce travail, qui a nécessité un millier d’heures de recherches et encore plus de temps pour la retranscription et l’exploitation de ces données donne 23 000 noms recensés en 2 listes :

La première recense les noms de 10.000 personnes internées dans le camp de concentration du Vernet d’Ariège entre février et septembre 1939 : militaires de la République Espagnole, civils espagnols : hommes, femmes, enfants et des membres des Brigades Internationales.

La deuxième comprend les noms de 13.000 personnes internées dans le camp de concentration du Vernet d’Ariège entre septembre 1939 et le 30 juin 1944.

Ces 2 listes ont été dressées par des membres de l’Amicale et des amicaliennes/amicaliens. Elles ont aussi été complétées par d’autres sources : les recherches effectuées par Charles & Henri Farreny Del Bosque et une liste des personnes juives déportées fournie par l’association « Fils et filles de déportés juifs de France (FFDJF) ».

Grâce à ce travail, 55 convois de déportation ont été dénombrés ainsi qu’une liste de 6 226 personnes déportées vers des camps situés sur les territoires du Reich Allemand, en Algérie ou en Italie, entre le 25 juillet 1940 et le 30 juin 1944, date de fermeture du camp de concentration du Vernet d’Ariège.

Parmi ces convois, celui du 25 juillet 1940 a attiré l’attention. En effet, si on étudie la chronologie de cette période, à savoir :

  •  22 juin 1940, signature de la convention d’armistice
  • 10 juillet 1940, Pétain reçoit les pleins pouvoirs
  • 25 juillet 1940, 178 étrangers indésirables sont remis aux autorités allemandes à Chalon-sur-Saône.

nous pouvons en déduire que le premier convoi de déportation de France est parti du camp de concentration du Vernet d’Ariège ce 25 juillet 1940.

Une des premières mesures politiques du gouvernement de l’État Français Fasciste a donc été de livrer 178 internés politiques aux autorités allemandes. C’est le début de la COLLABORATION française avec l’occupant allemand.

Ce convoi d’hommes était composé de : 125 allemands, 12 autrichiens, 12 belges, 10 polonais, 10tchécoslovaques, 2 apatrides allemands, 2 luxembourgeois, 2 sarrois, 1 estonien, 1 français, 1 de nationalité indéterminée.

Nous continuons nos recherches bien entendu, afin d’approfondir nos connaissances sur ce camp de concentration le plus répressif de France. Car on parle bien d’un camp de concentration implanté sur le territoire de la France et qui a eu pour caractéristiques :

– d’avoir été créé par la Troisième République Française…

– d’avoir été utilisé par l’État Français Fasciste pour y interner tous les étrangers indésirables présents sur son territoire, ainsi que les familles juives raflées avant leur déportation…

– et au final d’avoir été dirigé à partir du 10 juin 1944 par une unité de l’armée allemande,qui a déporté 43 personnes le 20 juin 1944 et les 403 dernières personnes encore internées le 30 juin 1944.

Raymond Cubells
Président de l’Amicale des Anciens Internés Politiques et Résistants du camp de concentration du Vernet d’Ariège

http://www.campduvernet.eu

Voir notre reportage sur le Camp du Vernet

 
 
ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top