Mon métier en Ariège

Georges Jolliot Batteur d’Armures, un artisan d’un autre temps

Armuriers au Moyen âge, batteurs d’armures aujourd’hui, Georges Jolliot fait perdurer un savoir-faire millénaire, à l’époque où les forgerons maitrisaient le fer à la seule force de leur main. 

Dans le petit village de Montels, nous avons rencontré Georges Jolliot, Tailleur de pierre de formation, mais batteur d’armures par passion. Ils ne sont que 3 ou 4 en France et nous avons la chance d’en avoir un en Ariège.

Georges est, à la base, artisan tailleur de pierres : «Tous les tailleurs de pierres ont un pied dans la forge, on forge nos propres outils, et j’avais ce vieux fantasme de l’armure» explique t’il. A la naissance de sa fille, il décide de rester à la maison quelques mois et commence à confectionner sa propre armure. Si le résultat est « plutôt risible » il y a quand un petit quelque chose et il confectionne une deuxième armure. De fil en aiguille et de bouche à oreille les commandes s’accumulent et Georges délaisse la taille de pierre pour se lancer dans le battage d’armures.

Plus qu’un intérêt pour la période médiévale, c’est le coté technique qui le passionne «J’ai un goût pour la deuxième moitié du XVème siècle bourguignon en tant que reconstitueur, mais au point de vue armure, ce qui me plait, c’est la forme, le coté technique ; comment c’est fait, comment ça fonctionne…»

Chaque projet proposé est fait à partir de documents historiquement « fiables », la plupart du temps à partir de pièces de musée, mais aussi d’iconographie – en complétant avec des pièces de musée – l’idée étant d’avoir quelque chose de crédible. 

Toutes les pieces sont donc réalisées sans soudure et battues au marteau, certaines, comme les casques, sont realisées à chaud sur une forge à charbon. Tous les types de nervurations sont réalisés au marteau. La ligne de réalisation est une approche du travail medieval dans les limites du materiau,et des techniques de polissage.

Les reconstitutions

Quel est l’intérêt d’avoir ou de confectionner des armures si on ne peut pas s’en servir ? 

Qu’elle soient publiques ou « off », 3 ou 4 fois par an, Georges participe avec des passionnés comme lui, a des reconstitutions médiévales. Le but est de reconstituer au plus proche la vie de cette époque. Il s’agit là de répliquer la vie d’un château avec la garnison, les femmes qui lavent le linge, la distribution des sols, de la messe…. et bien sûr quelque fois revivre une bataille célèbre.  

 

www.facebook.com/georges.jolliot

 

 

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top