Ariège sorties

Seix, Trois expositions à découvrir au Château – du 1er juillet au 17 septembre

 

Jean-Pierre Paraggio : Ouvrir l’oeil (d’un trait le contour de l’énigme)
du 3 juillet au 17 septembre

Le rez-de-chaussée accueille chaque été en lien avec le festival d’art du village de Seix, « les Estivales Lagorre », les œuvres d’un artiste. D’abord dédiées à des rétrospectives, les cimaises de la salle d’exposition temporaire s’offrent depuis 4 ans à la création contemporaine. L’objectif est de présenter des créations d’artistes du midi de la France, qui entrent en résonance avec l’atmosphère du château, présentent une réflexion sur l’histoire des Pyrénées centrales ou questionnent les enjeux contemporains de la vie dans ces montagnes.
Pour l’été 2017, carte blanche est donnée à Jean-Pierre Paraggio : il crée pour le château l’exposition Ouvrir l’œil (d’un trait le contour de l’énigme). Artiste installé à Toulouse, animateur de « l’impromptu » entre 2011 et 2014, il est l’auteur depuis 2013 du feuillet artistique et poétique sur internet Soapbox. Entre absurde et merveilleux, mots et images, il campe aux lisières de la poésie, utilisant tour à tour peinture, encres, dessin, collage, détournements et micro-publications.
« OUVRIR L’OEIL » (d’un trait le contour de l’énigme) 
Je vous présente quelques images, empreintes picturales qui sont, comme toute trace, les marques visibles d’un passage : quelque chose s’est joué là, une énigme poétique s’est cristallisée sensiblement, s’est interrogée et se donne en partage le temps d’une exposition. « Ouvrir l’oeil », en son principe, c’est affirmer que le regard s’invente aussi, s’aiguise et se nourrit au contact de l’énigme. « Ouvrir l’oeil » c’est réclamer un moment d’attention autour de ces images qui sont apparues sur une plage du monde, jetées par l’océan de ténèbre, c’est montrer une image qui propose au regard d’être lui-même sa propre mise en abîme. « Ouvrir l’oeil » c’est mettre l’oeil en présence de l’oeil, face à face, c’est montrer à l’oeil qu’il est sa propre question et sa propre réponse, l’oeil ne voit que s’il s’ouvre : un chant tragique résonne sur la rétine, il est l’arc et la lyre, la flèche et la cible, si la flèche atteint la cible, alors c’est le printemps de l’oeil. « Ouvrir l’oeil » c’est entendre la résonance des mots, des images et du monde, c’est savoir que la terre pourrait ne pas être qu’une vallée de larmes, ne pas être que… L’inspiration c’est la source, et la source c’est l’océan, c’est la pulsation qui vient, c’est le noyau universel de nuit qui se consume dans la nuit.     Jean-Pierre Paraggio 2017

Holons de Saint-Girons 
du 6 juillet au 17 septembre

Exposition en réalité augmentée
Les artistes Aymeric Reumaux, développeur informatique et dessinateur d’animation et Véronik De Bisschop, chorégraphe, ont travaillé durant le printemps 2017 en résidence de territoire à Saint-Girons pour une création collective avec les habitants, invités à raconter un rêve, par écrit ou par oral. Ce duo d’artistes a ensuite fabriqué une série de personnages d’animation pour restituer ces rêves : les holons de Saint-Girons. Les habitants ont été mis à contribution là encore, lors d’ateliers de danse-improvisation. Les images filmées extraites de ces ateliers ont fourni à Aymeric Reumaux le matériau pour la fabrique des personnages d’animation, réalisés par rotoscopie. Dessinés puis imprimés, un dispositif de réalité augmentée via smartphone permet à chacun de jouer sa propre partition des rêves : tout à coup ils se réveillent et se confient à nos oreilles, les affiches s’animent, les corps dessinés entrent en mouvement ; les récits entrent en résonance les uns avec les autres et nous invitent à un parcours magique entre rêve et réalité.
Un projet porté par l’Agence de développement de l’économie culturelle du Couserans et la Ville de Saint-Girons, dans le cadre d’une Résidence de territoire soutenue par la DRAC Occitanie, le Conseil Départemental de l’Ariège et la Communauté de Communes Couserans-Pyrénées.
Exposition du 6 juillet au 17 septembre

Georges Guyon : un photographe en Couserans à la Belle Epoque 

Georges Guyon (1866-1931) fut un industriel reconnu dans le Haut-Couserans à la charnière du 20e siècle : il était directeur de l’usine du Bocard à Oust où l’on fabriquait des pierres à faux et des boîtes de camembert. Mais il fut aussi un photographe passionné qui a documenté de multiples sujets : les sports d’hiver dont il fut l’un des pionniers en Couserans aux environs de 1910, les commerces et lieux de sociabilité de son village de Soueix, l’arrivée du tramway, l’industrie fromagère… L’exposition permet de découvrir quelques-unes des photographies parmi les centaines, réalisées sur plaques de verre, qu’il a léguées à son petit-fils : elle offre un témoignage intime sur la vie en Couserans à la Belle Epoque.
Une exposition conçue par le Pôle Culture dans le cadre du premier « Zoom photographique en Couserans »

Château de Seix- centre d’interprétation du patrimoine du Couserans
Ouvert tous les jours du 1er juillet au 3 septembre de 14h30 à 19h

Propositions du Pôle Culture de la Communauté de Communes Couserans-Pyrénées
Plus d’infos

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top