Education

Dernière rentrée du quinquennat Hollande : Bilan très positif

La Fédération Socialiste de l’Ariège communique 

La Fédération Socialiste de l’Ariège se félicite des bonnes conditions dans lesquelles s’est effectuée la rentrée scolaire dans notre département grâce à la priorité budgétaire donnée à l’éducation par les députés socialistes lors de la précédente législature.

Dans le 1er degré, le maintien des postes malgré une démographie déclinante n’aurait été possible sans la création de 60 000 postes au cours du quinquennat de François Hollande et la signature d’un protocole ruralité qui aura permis une hausse sans précédent des taux d’encadrement dans nos écoles, la plus forte de toute l’Académie de Toulouse.

Dans le 2nd degré, la création de l’équivalent de 20 postes est elle aussi sans précédent et aura permis de financer tant l’accompagnement personnalisé et les dédoublements prévus par la réforme du collège que les ouvertures de formations dans les lycées.

Les élèves ariégeois ont pour l’instant échappé à la contre-réforme du Ministre Blanquer qui consiste à détricoter sans évaluation ni concertation tout ce qui avait été patiemment construit avec la Refondation de l’école : retour à la semaine des 4 jours et remise en cause du dispositif « Plus de maîtres que de classes » dans le 1er degré, réintroduction de filières sélectives pour quelques-uns au collège au détriment des dédoublements pour tous… Mais qu’en sera-t-il l’année prochaine ?

Faute de postes supplémentaires suffisants, le dédoublement des classes de CP en Réseau d’Education Prioritaire, principalement en ville, ne peut se réaliser qu’en ponctionnant les moyens en milieu rural avec le spectre d’un retour à une école à plusieurs vitesses et une aggravation des inégalités sociales, scolaires et territoriales dont l’Ariège sera la première victime.

La diminution drastique du nombre d’emplois aidés qui accompagnement très souvent dans le quotidien de leur scolarité des enfants porteurs de handicaps va pénaliser les plus fragiles. Elle menace également les activités périscolaires qui participent pourtant à l’épanouissement des enfants.

La Fédération Socialiste de l’Ariège dénonce les mesures gouvernementales qui ne sont pas à la hauteur des enjeux et qui ne mettent pas l’intérêt de l’enfant au centre de la décision politique. Elle s’oppose au retour du conservatisme scolaire qui a déjà a déjà échoué et qui laisse de côté 30% de nos élèves. « L’école de la confiance », à laquelle le Ministre prétend aspirer, ne se décrète pas, elle se construit, dans la concertation et le dialogue, autour d’une Refondation confortée plutôt que démantelée et d’une priorité budgétaire réaffirmée plutôt qu’abandonnée.

 

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top