Histoire

Montréal-de-Sos : les fouilles de Florence Guillot arrêtées ?

Pour une fois ce n’est pas paru dans la presse, mais l’histoire se passerait en coulisse et l’info aurait été diffusée lors d’une conférence de synthèse sur les fouilles sur Auzat le 26 octobre dernier . On apprenait que les fouilles allait s’arrêter et qu’en conséquence Florence Guillot allait être remerciée …

Des courriers ont été adressés au président de la communauté de commune pour lui demander d’envisager une continuité dans ce travail…important pour l’histoire de l’Ariège et des Hautes vallées..

L’encre de CIRE n’a fait qu’un tour et il nous propose ce dessin en guise de soutien.

si vous aussi vous souhaitez agir vous pouvez écrire au président Alain NAudy :

Monsieur Alain NAUDY – Président de la Communauté de Communes de la Haute-Ariège – 13 RN 20 – 09250 Luzenac

Extraits de courrier adressés à Monsieur Alain Naudy

« A l’occasion d’une conférence à la Maison des Patrimoines d’Auzat le 26 octobre dernier, il a été annoncé qu’il n’était pas prévu que soient menées à bien de nouvelles recherches concernant un village mérovingien/carolingien sur le site de Montréal de Sos. Je suis particulièrement surpris de cette décision d’autant plus que l’investissement financier est faible par rapport au bénéfice que pourrait apporter cette campagne de fouilles à la connaissance scientifique et historique sur un sujet où les connaissances sont faibles voire inexistantes sur l’ensemble du massif pyrénéen. »

« Au-delà de l’intérêt personnel que chacun peut avoir vis à vis de l’histoire et de l’archéologie et des apports purement scientifiques qui peuvent sembler à certains nuls car réservés à une élite et sans retour visible pour le département. Il est, je crois, évident de voir l’intérêt direct, de la richesse et la plus-value que cela apporte à un territoire.
Cela réhabilite et valorise des sites qui deviennent en conséquence d’un intérêt touristique majeur (il suffit de voir l’étude de fréquentation de Montréal de sos).

Cela apporte du sens à un territoire et de la « matière » pour ses habitants, ses structures (collectivités locales, offices et agence touristique, Parc Régional), ses enseignants, ses conteurs et l’ensemble de ses visiteurs.

Cela apporte de la reconnaissance en termes de patrimoine à notre département en interne et aussi comparativement avec d’autres en France.

La richesse d’un territoire dépend de ses atouts naturels, de leur diversité et nous n’en manquons pas par chance, mais elle dépend aussi de ce que nous en faisons, de leur valorisation…

Par sa formation scientifique de très haut niveau, sa polyvalence, son dynamisme, Florence est un atout majeur pour l’Ariège, ses apports sont de tout premier ordre et participent à notre richesse. S’en priver serait à mon sens une grosse erreur et bien dommage car, même si personne n’est irremplaçable, ce qu’elle apporte est rare et précieux.

Je ne doute pas de votre volonté d’apporter le meilleur en Haute Ariège et de votre souhait de développer ce territoire dans toute la diversité de ses richesses.
C’est pourquoi je sais que vous aurez à cœur de porter ce message et de défendre celles et ceux qui portent l’Ariège vers le haut. »

 

 

2 Comments

2 Comments

  1. Mumu

    8 novembre 2017 at 14 h 56 min

    cet article me fait bien rire!

  2. Alexandra

    8 novembre 2017 at 23 h 36 min

    Une catastrophe pour la région et son attrait que cette idée d’arrêter les fouilles et les recherches de Mme Guillot.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top