Education

Carte scolaire, l’Ariège ne doit pas être la variable d’ajustement de l’Académie de Toulouse

Communiqué de Alain Duran sénateur de l’Ariège.

Le 18 juillet dernier au Sénat, le Président de la république annonçait avoir la volonté de  » construire un plan d’action conjoint entre l’Etat et les territoires » tout en précisant que « les territoires, en particulier les plus ruraux, ne peuvent plus être la variable d’ajustement d’économies », et en concluant « c’est pourquoi il n’y aura plus de fermetures de classes dans les écoles primaires ».

Six mois plus tard cela se traduit pour notre département par 7 retraits de postes d’enseignants à la prochaine rentrée.

Au delà de la contradiction entre les paroles et les actes, sinon plus, il s’agit tout simplement d’un abandon des territoires ruraux qui, une fois encore, servent de variable d’ajustement à la métropole toulousaine. En effet, avec 89 postes créés pour les 8 départements de l’académie de Toulouse, alors que le seul département de la Haute Garonne va accueillir 1 325 élèves supplémentaires, et qu’il faudra dédoubler 101 classes en éducation prioritaire, l’Ariège comme les autres départements ruraux de l’académie, va payer le prix fort de cette pénurie de moyens. Cette situation est insupportable et inacceptable car il y va de l’avenir de nos vallées et de nos montagnes, de l’attractivité de nos territoires, en termes de qualité de vie des citoyens et d’éducation de leurs enfants.

Toutefois, compte tenu de la baisse démographique, nous savons qu’une réorganisation de l’offre scolaire est nécessaire.

Depuis trois ans, je plaide pour une démarche conventionnelle. Quarante départements, dont le nôtre, ont signé des Conventions ruralité, dont l’objectif est de proposer une école de qualité et de proximité. Elle doit être mise en œuvre dans la concertation et dans la co-construction et non à travers une brutale analyse comptable ou de ratios de nombres d’enseignants par élèves inapplicables dans nos territoires ruraux.

D’ores et déjà, j’ai saisi le Ministère de l’éducation nationale pour lui demander de réviser à la hausse cette dotation insuffisante et inacceptable pour l’académie de Toulouse.

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

To Top