Ariège sorties

Verniolle : Journée polar et soirée Chansons et Rebonds – 10 février

La journée va être chargé samedi au Relais de Poche 

Le matin dès 11h00, des auteurs du coin, qui parfois parlent de l’Ariège. Venez les découvrir, venez les rencontrer, ils vous parleront crimes et autres joyeusetés

Remy MARROT

L’affaire Erwan Dominici

Il était une fois en Ariège, une ombre maléfique s’adonnant à un jeu de piste sur des lieux de mémoire de la Première Guerre mondiale. Il était une fois dans un pays des Balkans en guerre, une petite fille qui aimait les caramels et dont le frère avait fait une promesse ; celle d’être toujours à ses côtés pour la protéger. Quel lien existe-t-il entre ces deux histoires ? Alors que le journaliste Erwan Dominici voit resurgir ses cauchemars d’enfance et se retrouve suspecté dans l’enquête, la commissaire Elisabeth Melvin va devoir démêler le vrai du faux. Mais saura-t-elle mettre de côté ses sentiments pour Erwan alors que tout accuse ce dernier ? Un roman policier et sentimental marqué par les traumatismes de l’enfance et l’empreinte de l’Histoire. Comme dans son premier roman, Le Tribunal du peuple paru chez TDO Éditions en 2014, l’auteur poursuit en parallèle deux histoires : l’une dans le passé, l’autre contemporaine.

Le tribunal du peuple

Un jeune randonneur sauvagement assassiné en montagne, un vieillard retrouvé étouffé dans sa maison de retraite ; deux personnes en apparence sans histoires ni aucun lien présumé. C’est beaucoup plus qu’il n’en faut pour semer la panique dans ce coin d’Ariège au quotidien d’ordinaire si paisible. Erwan, seul pigiste disponible à la Rédaction de La Feuille du Sud, le journal local, se retrouve propulsé sur sa première scène de crime. L’occasion pour lui de faire ses preuves ! Débute alors sa tumultueuse collaboration avec Elisabeth Melvin, la commissaire chargée de l’enquête. Peu à peu, grâce à un talent d’investigation certain et une intuition quasi policière, Erwan va patiemment s’attacher à dénouer les fils d’une intrigue complexe où les meurtres se succèdent au grand dam d’habitants qui s’entêtent à refuser de livrer un douloureux secret de village…

Patrick CAUJOLE 

Beau temps pour les couleuvres

On n’en meurt pas, c’est vrai, mais leur morsure fait mal et c’est ce que va apprendre à ses dépens le capitaine de police Gérard Escaude. Une femme retrouvée poignardée dans sa maison, et voilà comment, de Toulouse à Paris en passant par Montauban ou les Pyrénées, ce condé à l’ancienne, spirituel et amateur de spiritueux, va voir plusieurs bêtes à sang froid valser autour de son enquête. Loin des parodies des séries policières, l’écriture de Patrick Caujolle plonge sans concession ses lecteurs dans le réalisme d’une enquête policière.

Histoire de la France polissonne

Dans une passionnante enquête – première du genre dans l’hexagone – l’écrivain Patrick Gaujolle soulève les jupes de l’histoire de France pour en tirer de succulents récits. Sait-on qu’une maison close idyllique et dessinée en forme de phallus a été conçue au XVIIIe siècle par l’un des plus grands architectes de notre pays ? Comment le Docteur Voronoff a-t-il redonné la vigueur sexuelle à de célèbres patients en leur greffant des testicules de singe ? De quelle manière Victor Hugo, qui était accroc au sexe, a-t-il consigné tous ses « exploits » dans des carnets secrets ? Des talents d’une « petite comtesse » de Béziers, en passant par le parc aux cerfs de Louis XV, jusqu’aux écarts de Napoléon III et du président de la République Félix Faure, c’est avec faconde et finesse que Patrick Caujolle dévoile les faces cachées de notre passé. Tout, vous saurez tout des nuits folles du Régent, des frasques du jésuite toulonnais Girard, du phimosis de Louis XVI, de la délicate procédure du « Congrès », de l’histoire de la ceinture de chasteté ou de cette noble dame fécondée… par un vent d’Est pour le moins coquin. Prêts à dévorer tous ces récits ?

R.I.P.

Patrick Caujolle a été flic, un écrivain spécialisé dans le polar n’a pas forcément besoin de l’avoir été mais il faut bien reconnaître que ce type d’expérience vous donne une bonne longueur d’avance sur vos poursuivants. A ce titre Caujolle possède le talent des écrivains qui savent dès les premières pages placer le lecteur dans une atmosphère particulière, en l’occurrence celle du commissariat de Carcassonne où travaille le capitaine de police Gérard Escaude qui a fui Toulouse et ses embouteillages pour retrouver une existence plus paisible.
Mais la région de Carcassonne possède des particularités inattendues. D’abord la roche de Bugarach, son magnétisme, son supposé trésor caché et son tarmac à OVNI façon rencontre du troisième type. Deux cent habitants selon le recensement officiel , dix mille selon les organisateurs d’embarquement planétaire. Non loin de là Rennes-le-Château, son église et son cimetière ésotériques, quand à son trésor il fait courir pas mal de monde depuis des décennies.
Alors quand on découvre dans le village en plein hiver, le corps sans vie d’une écrivaine locale la main droite amputée, le capitaine Escaude se retrouve embarquée dans une affaire où les cadavres de femmes se multiplient et où la vérité parait aussi figée que le mercure du thermomètre.
Patrick Caujolle parvient après “ Beau temps pour les couleuvres” à nous proposer un second roman abouti où personne ne repose vraiment en paix comme le suggère le titre “Requiescat in Pace” . Où l’on en apprend beaucoup sur le refroidissement progressif d’un cadavre, la technique des interrogatoires informels façon encéphalogramme et sur la fin du vieux rêve que fait tout policier en début de carrière : ressembler à un flic de série télévisée.
“R.I.P” est une œuvre solide qui sait jouer sur les codes du genre en nous entrainant dans une affaire remarquablement bien ficelée. On se laisse entrainer dans le courant trouble d’un récit qui charrie tout ce que l’humanité peut inventer d’idées bizarres et d’inventions farfelues ce qui n’empêche pas la police de faire son travail.
                                                                                           Archibald PLOOM (CULTURE-CHRONIQUE)

Ennemis publics N°1

Ils ont fait trembler la France et lancé les polices du monde entier à leurs trousses ! Pourtant, ces ennemis publics n°1 de notre pays sont souvent mal connus : qui se souvient d’Alexandre Jacob, de Joseph Vacher, de Ludinghausen-Wolff ou d’Ange Luccarotti ? Leurs évasions, leurs coups de génie, leurs cavales ponctuent des vies extraordinaires dont on tire le fil avec stupéfaction. Dans ce livre, d’autres voyous d’envergure aux noms plus familiers sont mis à nu : Bonnot, Mesrine, Spaggiari, Landru…L’auteur dévoile enfin: leurs véritables personnalités, leurs motivations. La folie, l’argent facile, la revanche ? Pas toujours…De Cartouche au gang des Lyonnais, de Mandrin à Thierry Paulin, du XVIIIe siècle aux portes du XXIe, Patrick Caujolle nous embarque dans des chasses à l’homme haletantes. Comment un homme devient-il un ennemi public n°1 ? Comment un ennemi public n°1 devient-il une légende ? La réponse est dans ces pages…Attention aux balles perdues ! 

Casses du siècle, meurtre au sommet de l’Etat Français, …

Thierry BENOIT

Sans Homicide Fixe

Le gendarme tenait son arme à bout de bras. En déplaçant ses jumelles, Mehdi suivit la direction du pistolet. Il eut à peine le temps d’apercevoir la vache. Le sang gicla entre les deux cornes, l’animal s’effondra et il entendit le coup de feu avec le léger décalage dû à la distance. Sans jeter un coup d’œil au bovin, les militaires s’étaient précipités vers une touffe de ronces à quelques pas de l’animal. Mehdi cherchait en vain l’objet de leur agitation quand la cavalerie entra en scène : six voitures de pompiers et de gendarmerie approchaient, sirènes hurlantes. Il n’y comprenait rien, mais sa vieille expérience de vagabond lui commandait la prudence : mettre les voiles. Adieu sédentarité ariégeoise, retour à la rue toulousaine.

Samedi 10 février de 1h00 à 16h00

Possibilité de manger avec les auteurs entre midi et 14h00 … sur réservation uniquement (au 06 71 598 298)

Et le soir ça continue….

Accordéon brut c’est à dire poumon, guitare saturée comme qui dirait tronçonneuse, et jonglerie percussive autant​ dire batterie spectaculaire, ZAP est un trio tout venin ! Chansons, instrumentaux, improvisations, textes, compos ou reprises ; éclectique, inclassable, surprenant, ZAP défriche, fouille, se mouille, tente, met les pieds dans le plat et les mains à la pâte.

Un spectacle musical, circassien qui fait entendre le son des mots et le sens des sons en questionnant sans cesse le là -ici- et le là -maintenant-.

Claude Delrieu tombe tôt dans l’univers des sons. Il débute l’accordéon vers l’âge de 5 ans (à ce qu’on lui a dit) puis étudie la guitare au conservatoire de Toulouse ou il obtient une médaille d’or. Il suit alors un cheminement très intuitif allant du rock patois (groupe tric trac) à la chanson (album solo « tes lapins »),en passant par la musique classique (duo Delrieu Pagès) ou improvisée (Duo « Dos à Dos » avec Philippe Gelda). Il croise, accompagne, partage des spectacles avec : Jean Pierre Beauredon, Michel Vivoux, Loïc Lantoine, Eric Lareine, La compagnie des musiques à Ouir, Denis Charolles, Les Etrangers Familiers, Brigitte Fontaine.

Pablo Nicoleau est unGuitariste agité, élevé par un chat noir. Influencé par la scène garage/lo-fi (Thee Oh Sees, Ty Segall…),il a suivi les inégalables cours de l’école de musique de Saverdun. Il a participé au spectacle ‘Cabaret chez Georges’ (Cie du chat noir), avant de fonder avec 3 amis lycéens le groupe de rock indé Purr. La clique enregistre un EP chez Claude Delrieu, et clôt sa courte mais prolifique existence par un enregistrement ‘fait maison’ (disponible gratuitement sur Bandcamp). Devenu batteur d’I&I, quintet rock qui compose en français et humble lauréat du très très très prestigieux tremplin du CROUS Toulouse, Pablo poursuit en parallèle ses études de philosophie. Du fait de son jeune âge et de son éparpillement stylistique, vous constaterez ici qu’on a plus affaire à une ébauche qu’à une carrière.

Tibo Tout Court est un jongleur percussif , diablotin assoiffé de jongle rebondissante et de musique. Formé à l’Ecole de Cirque du Lido de Toulouse où il entre en 1994 sous l’œil de Christian Coumin, il commence en 2004 un réel travail autour de la jonglerie sonore, prétexte à de multiples collaborations avec : Mr Le Directeur, Le Cirque Plume, Le Cirque Gosh, Bouglione, Dorembus, EnguerranKonglo et Tempo d’la Balle, L’Agit .  Un parcours atypique, jonglant entre les scènes de théâtre, les chapiteaux de Cirques, les plateaux de cinéma …L’amour de la scène du Public et de l’instant présent !! All the ball in the hole and the show will go on !

Samedi 10 Février 2018 à 20h30 au Relais de Poche à Verniolle (09)​

​Ouverture des Portes à 20h00, possibilité d’une petite restauration sur place de 19h00 à 20H00 // Réservation:06 71 59 82 98​

Le relais de Poche 
2 rue de la République – 09340 Verniolle

Réservation sur www.relaisdepoche.org
06 71 598 298

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top