Mon métier en Ariège

La récolte de sève de bouleau bio a débuté au Haras Picard du Sant

Diurétique, détoxifiante, hydrate, drainante, detoxifiante…  la sève de bouleau fraîche s’apparente à un liquide claire quasi-incolore semblable à de l’eau, au goût neutre légèrement sucrée. Récoltée au printemps juste avant l’apparition des jeunes feuilles, la sève de bouleau ne cesse de séduire par ses bienfaits.

Le printemps n’est pas encore là mais, au Haras Picard du Sant à Lasserrre dans le Couserans, Jean-Louis et Christine Savignol sont à la tache depuis déjà plusieurs semaines : la récolte de la sève de bouleau. Et par ce magnifique mardi matin et par -8 degrés, l’équipe d’Azinat est à la tache elle aussi. 

Jean-Louis Savignol est ce qu’on peut appeler un « baroudeur ». A l’âge de 14 ans il quitte son Ariège et son Couserans natal pour rouler sa bosse.

Bûcheron au Canada, exploitant forestier en Afrique Noire, courtier en céréales avec la Russie et les Etats Unis, cascadeur, routier, il termine sa vie d’expatrié en devenant ingénieur commerciale et en montant trois agences de publicités à Paris. En 1998, il décide de rentrer au Pays pour reprendre l’exploitation familiale qui comptait alors 15 chevaux de Mérens.

Jean-Louis et sa femme Christine décident de s’installer en bio afin de conserver au maximum les caractères du cheval de Hérens et complètent leur activité en proposant des gîtes, des chambres d’hôtes ainsi que des week-end à thèmes.

Mais difficile de s’en sortir financièrement, Jean-Louis et Christine se sont donc attelés, depuis l’an dernier, à  la production de sève de bouleau en activité complémentaire. Et ça marche ! 

Nous sommes aujourd’hui à 600 mètres d’altitude sur une parcelle de un hectare avec 250 arbres « connectés ». En pleine saison, chaque arbre peut donner, par jour, 5 litres de sève. soit 1250 litres de sève sur cette seule parcelle, le domaine en contient trois. 

En association avec un laboratoire de Lyon, ils mènent une étude sur les sportifs pour vérifier les bienfaits réels de la sève. Une série de premiers tests sur 10 sportifs va commencer. Et l’entreprise cherche des sportifs de hauts niveaux pour d’autres essais cliniques.

Forts de cette réussite et n’étant jamais à cours d’idées, le couple, après avoir vu leur chien et leur chat boire les fonds de sève qu’ils récoltaient, décident de commercialiser de la sève de bouleau pour animaux. 

La sève est d’ores et déjà commercialisée pour les chats et les chevaux mais, en ce qui concerne ces derniers, ils se sont rapprochés d’un laboratoire de contrôle hippique pour effectuer des tests dans le but de savoir si la sève de bouleau pour être considérée comme un produit dopant ou non, et ainsi attaquer le marché des chevaux de courses.

Pour les chiens par contre, une étude est en cours aux Etats Unis, concernant un sucre présent dans le bouleau qui serait nocif. L’étude s’applique à démonter si ce sucre provient de la sève, de la décoction de feuilles ou de l’écorce de l’arbre. 

«Il faut savoir qu’il y a un million de chevaux de sport et 13 millions de chats en France, ce sont des marchés extrêmement intéressants parce que cela peut nous permettre de développer sur d’autres secteurs que ce qu’il y aujourd’hui» conclu Jean-Louis. 

Ariège Sève de Bouleau Bio

GAEC Haras Picard du Sant
Christine et Jean Louis SAVIGNOL
Les Peyroutets
09230 LASSERRE

07 84 46 96 85

www.seve-bouleau.fr

info@seve-bouleau.fr

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top