Villes et villages

Camon, le village aux 400 rosiers

A une quinzaine de kilomètres à l’Est de Mirepoix, non loin des montagnes ariègeoises, Camon s’est construit au pied de son abbaye fortifiée. Il est le seul « plus beau village de France » d’Ariège.

Fortifié autour d’une ancienne abbaye-château, il est surnommé le village aux plus de 400 rosiers.  A quelques semaines de la 16ème fete des roses, qui aura lieu le 20 mai, un petit focus sur le village forteresse

Un village-forteresse au milieu des rosiers

Dans une boucle de l’Hers, aux confins de l’Ariège et de l’Aude, Camon est né d’une abbaye bénédictine fondée au IXème siècle au pied de laquelle s’implantent quelques maisons, en bordure de rivière.
[sociallocker id= »35249″]
En 1279, une terrible inondation emporte tout sur son passage. L’abbaye, elle-même, est sérieusement endommagée par la catastrophe. Devenu inhospitalier, le village est d’abord abandonné quelques années avant d’être reconstruit et de nouveau habité.

En 1494, le monastère est cette fois-ci dévasté par un pillage. Il faut attendre le XVIème siècle pour voir le village retrouver sécurité et prospérité. Philippe de Lévis, évêque de Mirepoix, fait en effet reconstruire l’abbaye en y ajoutant des fortifications, l’église commune aux religieux et aux habitants, et entoure l’ensemble du village d’une ceinture de remparts.

Ainsi, Camon s’étoffe et s’embellit. Les maisons, serrées les unes contre les autres comme pour mieux se protéger, sont édifiées en matériaux du pays et couvertes de la traditionnelle tuile romane qui donne à l’ensemble cette silhouette caractéristique des villages fortifiés de l’Ariège.

La « tour château » de l’abbaye, résidence du prieur, est une importante bâtisse de quatre niveaux, laissant toujours apparaître ses superbes fenêtres à croisées de meneaux.

Autres pièces maîtresses du village : la Maison Haute et ses magnifiques colombages, construite le long des remparts et aménagée au XVIème siècle en maison seigneuriale occupée
par un notaire royal ainsi que l’église, initialement modeste chapelle de l’abbaye, largement transformée au XIXème siècle. Elle abrite une série de sculptures du XIIème siècle représentant des évangélistes, un triptyque du XVIIIème siècle ainsi que des trésors inscrits à l’inventaire des Monuments Historiques.

Aujourd’hui : le village aux 400 rosiers

Aujourd’hui, le village a conservé sa silhouette allongée au creux de la vallée de l’Hers avec, en arrière- plan, les cimes enneigées des Pyrénées ariègeoises.

Le caractère parfois austère des pierres grises de ses façades est adouci par les teintes plus chaudes de ses toitures de tuiles rondes mais aussi par les nombreux rosiers qui, aux beaux jours, fleurissent dans une douce explosion de couleurs et de senteurs. Ce n’est pas pour rien si Camon est surnommé «le village aux plus de quatre cent rosiers» !

Les premiers ont été plantés par la municipalité qui les a offerts aux Camonais en 1995. Ils se sont engagés à les entretenir.

Chaque année en mai, une fête leur est consacrée qui rappelle le passé viticole de la cité. En effet au XIXème siècle, les habitants avaient eu l’idée, pour protéger leurs vignes, de planter à leurs pieds des rosiers. Plus sensibles aux maladies ils prévenaient ainsi les vignerons du danger. Si le phylloxéra a finalement eu raison des vignes, les rosiers, quant à eux, ont résisté et sont devenus l’emblème de la cité.

Autre témoin du passé viticole de Camon, les anciennes «cabanes» de vignerons en pierre sèche. Elles font désormais l’objet d’une visite thématique sur l’histoire paysanne et le petit patrimoine bâti de Camon et donne l’occasion de découvrir la faune et la flore locale.

Une balade accompagnée sur ce sentier sera proposée à l’occasion de la Fête des Roses.

[/sociallocker]

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top