Histoire et Patrimoine

Espace Jean Duvernoy, pose de la première pierre à Montaillou le 14 août dernier

C’est le 14 aout dernier que Jean Clergue maire de Montaillou, une partie du conseil municipal, Alain Naudy, président de la communauté de communes de la Haute Ariège et les descendants de jean Duvernoy sont venus pour la pose de la première pierre de ce que sera le « Centre Historique Jean Duvernoy » à Montaillou.

Jean Clergue, Claire Dumont, Fredéric Duvernoy (un des fils de Jean Duvernoy) et Sylvain Athiel sont venus animer une « mini-conférence » sur les origines du projet de centre historique voulu et imaginé par l’association « le Castellas« . Quelques années de labeurs et de travail sur les dossiers de financements, des fouilles, un travail sur les textes permettent aujourd’hui d’envisager la pose de la première pierre ce de que sera très bientôt « Le centre Historique jean Duvernoy« . Les études de réflexion et de faisabilité ayant été démarrées en 2011 par la préfecture de l’Ariège.

Un centre sur l’histoire du village, le catharisme dans le secteur, et les travaux historiques effectués sur ce fameux « Montaillou village Occitan » cher à Emmanuel Le Roy Ladurie qui s’est inspiré des travaux du juriste et traducteur « médiéval » que fut Jean Duvernoy, seront présentés dans cet espace « muséographique »

L’espace Jean Duvernoy devrait ouvrir ses portes et être inauguré et ouvert en 2020 selon les informations annoncées lors de cette conférence. Le projet total est de 215 000 euros HT avec un financement de la Mairie à hauteur de 20% soit 43 000 euros dont une partie qui sera pris en  charge par la fondation du patrimoine. (les autres finances : 15% état, 15% département, 40% LEADER, 10% communauté de communes) 

Jean Duvernoy était Docteur en droit et licencié ès lettres, et fut élu mainteneur de l’Académie des Jeux floraux de Toulouse en 1989Après s’être intéressé aux Vaudois, Jean Duvernoy est à partir de 1958, l’auteur de textes, de transcription et de traductions sur le catharisme et l’inquisition. Sa traduction en français du Registre d’Inquisition de Jacques Fournier est à l’origine du livre d’Emmanuel Le Roy Ladurie Montaillou, village occitan de 1294 à 13242. Son souci de trouver les sources (en particulier celles conservées au Vatican) a permis de donner une vision complète, et dégagée de tout ésotérisme, du mouvement religieux cathare. (Sources : Wikipédia)

 

 

 

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top