Art et Culture

Mima : Fréquentation en forte hausse pour la 30ème édition du Festival

Dimanche soir le Festival Mima et sa trentième édition fermait ses portes. Les bénévoles toujours présents s’affairaient encore à ranger et nettoyer les stigmates de quatre jours de « folie ». Avec les fortes chaleurs et la notoriété croissante du festival, plus de 20 000 festivaliers étaient venus pour découvrir la vingtaine de spectacle du IN et une édition remarquée du OFF à l’allée des soupirs.

Samedi soir l’allée des soupirs, lieu d’installation du OFF Mima, étaient fréquentée comme jamais, grosses chaleurs obligent, plus de 1 500 visiteurs étaient venus tenter de se rafraichir autant que de se régaler les pupilles jusque tard dans la soirée.

Mirepoix a été animée cette année il est vrai avec cette « trentième », nous précise Caroline Galmot la directrice artistique du festival, bien qu’aucun thème n’était choisi, contrairement aux précédentes éditions ; l’idée était plus de montrer toutes les facettes des arts de la marionnettes, toutes les composantes, avec les grandes formes (comme sur la photo) et les micro formes qui ne font pas l’objet d’une programmation spécifique mais qui se baladent et s’animent à tous les coins de rues, avec des spectacles qui peuvent tenir dans une petite valise de voyageur.

Une qualité dans la programmation reconnue

Mima tient la dragée haute aujourd’hui et se positionne comme le deuxième évènement dédié aux arts de la marionnette derrière le « Mondial » de Charleville-Mezière.

D’un point de vue professionnel, le festival a également la côte, car une soixantaine de « pro » du monde entier étaient présents et venus « pour faire leur marché » aussi bien dans le In que dans le Off : Mima est un réservoir de nouveautés.

L’expertise et le sérieux de l’équipe de Filentrope et notamment de sa directrice artistique est reconnue au niveau régional et national, d’où la présence également des services du ministère de la culture et de personnalités régionales qui souhaitent afficher leur soutien publiquement en étant présent à l’inauguration notamment.

Des retombées économiques certaines

Cette année, toutes les terrasses de café ou de restaurants ont fait le plein, la plupart des hôtels complets et les campings pris d’assaut ; une incidence aussi sur la fréquentation des commerces, supermarchés et marchés déplacés de Mirepoix. Difficile à évaluer sans étude ad’hoc, mais les sourires des principaux intéressés peuvent faire penser que les affaires ont été bonnes. 

Des nuisances dues à la fréquentation

Bien entendu, quand Mirepoix double sa population par la présence des festivaliers (de 3 à 4000 personnes en permanence en ville chaque jour) cela apporte des nuisances : problèmes de stationnement, génération de déchets, poubelles qui se remplissent plus vite qu’à l’accoutumée, nuisance sonore, campeurs et camping sauvages, …bref des retombées « négatives » qui sont incontournables et propres à la plupart des festival d’importance en Ariège comme ailleurs.

Des efforts ont été fournis par les services de la municipalité et de la communautés de communes avec le président de Mima et son équipe pour adapter encore et encore l’organisation du traitement des déchets et la sensibilisation des compagnies, bénévoles et commerces présents et chaque année les choses évoluent dans le bon sens

Certains « riverains » et habitants s’en plaignent et s’offusquent du manque de respects et du bruit occasionné avec parfois des commentaires sur Facebook plus que limites sur le « faciès » de certains festivaliers ; l’ignorance tourne parfois à l’arrogance et la bêtise.

C’est dommage, car ce festival est convoité par beaucoup et il manquerait de peu qu’il disparaisse des couverts de Mirepoix.

 

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top