Territoires

Parc Pyrénéen des Trois Nations, un patrimoine naturel exceptionnel

Le Ministre catalan des Territoires et du Développement Durable, les Maires de la Massana et d’Ordino et le président du Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises ont signé, 24 août 2018, le protocole qui permet la création d’une marque d’identité commune pour un des espaces protégés inter-frontaliers les plus vastes d’Europe, formé par le Parc Natural de l’Alt Pirineu, le Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises et les Parcs Naturels Communaux de la Vallée de Sorteny et de la Vallée de la Comapedrosa.

Ce fut le pyrénéiste ariégeois Michel SEBASTIEN, aujourd’hui décédé, grand amoureux des Pyrénées et passionné de la montagne, de paysage et de préservation de la nature, qui avait émis l’idée de la création de cet espace inter-frontalier protégé pour améliorer la gestion de son patrimoine au-delà des frontières administratives. Nous avions rencontré Michel, il y a trois ans et il nous avait alors fat part – lors d’une série d’entretiens au barrage de Soulcem- de son rêve aujourd’hui devenu réalité VOIR L’INTERVIEW

Un patrimoine naturel exceptionnel

Crédit photo : Felipe Valladares. Mollera d’Escalarre, Parc Natural de l’Alt Pirineu (Catalogne)

C’est un des espaces Pyrénéens les mieux conservés avec la présence du lézard du Pallars (Iberolacerta aurelioi), espèce endémique du PPTN, unique au monde, ainsi que la présence des plus grandes populations d’espèces en danger d’extinction des Pyrénées : le desman, la perdrix blanche, le grand Tétras, l’ours brun… ainsi que le bouquetin ibérique, réintroduit en 2014 et diverses races domestiques locales comme les brebis Xisqueta, Aranaise et Tarasconnaise, les chevaux Castillonnais et Catalan pyrénéen, et les vaches Brune, la Pallaresa et la Casta.

Une haute valeur paysagère

Parc Natural de la Vall de Sorteny (Andorre)

On trouve également dans le Parc Pyrénéen des Trois Nations une très bonne représentation des habitats des forêts subalpines, forêts de conifères et arbres caduques des Pyrénées, des prairies alpines, étangs et zones humides de haute montagne en très bon état de conservation.

On peut aussi noter le maintien d’une activité pastorale extensive et active qui aide et contribue à conserver un paysage mosaïque très divers fait de prairies fleuries, pâturages, arbustes et forêts, et d’un patrimoine culturel associé sous la forme de cabanes de pierre, chemins de pâtures, « orris » et « bordes ».

D’ouest en est se détachent particulièrement les sites de grande beauté  comme le Mont Valier, Bonabé, le Port de Salau, le Mont Rouch, Noarre, le Port du Marterat, le Certascan, le pla de Boavi, le cirque de Cagateille, la cascade d’Ars, le Port de Bouet, la vallée du Soulcem, le cirque de Baiau, la Comapedrosa et la vallée de Sorteny. Il conviendra également de retenir le massif de la Pique d’Estats, qui abrite les sommets de plus de 3.000 m du PP3N, comme la Pica d’Estats (3.143 m), le Montcalm (3.077 m) et le Pic de Sullo (3.073 m).

Premières actions à mettre en place

Les différents signataires : Le Conseiller (Ministre) des Territoires et du Développement Durable de la Généralité de Catalogne, Damià CALVET; le Président du Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises (France), André ROUCH; le Maire d’Ordino, Président du Parc Natural de la Vallée de Sorteny (Andorre), Josep Àngel MORTES PONS et le Maire de La Massana, Président du Parc Natural de la vallée de la Comapedrosa (Andorre), David BARO – s’engagent à lancer et à soutenir des actions de promotion touristique et de dynamisation, ainsi qu’à poursuivre des échanges en matière de patrimoine naturel et de Développement Durable.

Parc Natural Comunal de les Valls del Comapedrosa (Andorre).

L’acte, qui a été formalisé au Centre d’Interprétation du Parc naturel de Comapedrosa à la Massana (Andorre), concrétise l’accord pour l’engagement des différentes parties dans le projet commun qui avait démarré il y a 9 ans, avec la création du dernier de ces 4 parcs : le Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises.

Le grand intérêt scientifique des quatre Espaces Naturels Protégés, couplé aux efforts qui y sont conduits pour la préservation et la protection de la biodiversité, tout comme pour le développement de l’économie et des ressources humaines, va dans le sens d’une recherche commune pour accéder à une reconnaissance internationale. Une des applications communes du protocole est l’étude de l’opportunité de monter une candidature commune à l’UNESCO pour obtenir le classement de Réserve de biosphère transfrontalière, un cas jusque-là inexistant dans les Pyrénées. Par la suite, sera également envisagée la possibilité d’obtenir la certification proposée par Transboundary Park, et la Fédération Europarc, déjà présente dans 10 espaces transfrontaliers européennes, mais aucun dans le Sud-Est de l’Europe.

Au total, le Parc Pyrénéen des Trois Nations compte plus de 428 700 hectares et 158 communes : 15 en Catalogne, 2 en Andorre et en 141 en France. Cet acte servira à la promotion touristique conjointe, la dynamisation socio- économique, et aux échanges en matière de Développement Durable et de patrimoine naturel.

De gauche à droite, André ROUCH, David BARÓ RIBA, Damià CALVET, Josep Àngel MORTÈS PONS, signant le protocole.

Photo à la Une ©Alain Baschenis. Parc naturel régional de Pyrénées Ariégeoises

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de vérification ANTISPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top