Agriculture

La Conf’ fait le plein à St Girons !

L’amphithéâtre de la chambre d’agriculture de St Girons était comble, mardi soir 11 décembre dernier. La confédération paysanne de l’Ariège est venue présenter la liste des candidats au collège des chefs d’exploitations et au collège des retraités. Une liste « jeune », avec une moyenne d’âge de 41 ans, mais dont beaucoup ont de l’expérience en matière de représentations syndicales (chambre, CDOA, SAFER,…) et professionnelles (abattoir, civam bio, adear, etc).

De nombreux thèmes ont été abordés, avec les acquis du syndicat au niveau de la PAC (aide aux 52 premiers ha, reconnaissance des surfaces pastorales,…) et les souhaits pour la prochaine réforme, avec notamment une meilleure répartition des aides PAC, avec pour ce faire un nécessaire plafonnement par actif pour plus de justice, ainsi que l’accès aux aides pour les oubliés de la PAC (petites fermes, maraîchers, arboriculteurs,…).

L’agriculture biologique, l’accompagnement des transmissions bien en amont pour permettre des installations nombreuses ont occasionnés de nombreux échanges, mais deux thèmes particulièrement cher aux Couserannais, ont retenus l’attention de l’assistance.

Tout d’abord, avec Christophe Gouazé, paysan à Lescure, mais qui fait office de directeur bénévole de l’abattoir de St Girons. Ce dernier est revenu sur l’implication du syndicat lors du « sauvetage » de cet outil indispensable aux éleveurs qui souhaitent valoriser au mieux leurs animaux, mais aussi pour les chevillards et bouchers abatteurs locaux. Aujourd’hui, une salle de découpe attenante à l’abattoir est à l’étude, permettant de sécuriser l’avenir de l’abattoir.

Enfin, le thème de la prédation sur les troupeaux de brebis en estive par une population d’ours en forte croissance. La confédération paysanne a renouvelé son soutien aux éleveurs et bergers fortement impactés, moralement comme économiquement. Les actions menées de longue date, en Ariège, en région et à Paris ont été évoquées, ainsi que les propositions du syndicat, avec l’obligation de l’état de protéger efficacement les troupeaux ou encore la création de brigades d’effarouchement.

Les participants ont pu mesurer le dynamisme de cette équipe et sa volonté de pouvoir utiliser l’outil chambre pour accompagner tous les paysans du département, quelques soient leurs productions. De même, ils ont pu comprendre l’intérêt de voter localement pour cette liste, tout en renforçant la Confédération paysanne nationale, permettant ainsi de peser sur des négociations pour une PAC plus juste et adaptée aux paysans ariégois !

Source : communiqué de la Confédération Paysanne

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top