Actualités

Christine Tequi précise les conditions d’un déconfinement progressif de ses services et des services à la population

La présidente du conseil départemental s’entretenait il y a quelques jours en visioconférence avec la presse départementale, Azinat.com TV invité à cette occasion, vous présente une petite synthèse . Après une période de presque deux mois, les services, les collèges, les services sociaux gérés par le conseil déparemental sans être à l’arrêt, fournissaient un service minimum, aujourd’hui la question est de repartir progressivement avec des contraintes parfois complexes..

Cette période de deux mois de fonctionnement à minima en mode très dégradé, nous impose de tenir compte de nouvelles difficultés qui apparaissent progressivement et viennent ajouter d’autres priorités. 

Il faut, par exemple, prendre en compte les difficultés intrafamiliales pouvant survenir dans certains foyers en raison du huis clos imposé par le confinement ; mais aussi veiller à assurer certains travaux d’entretiens à présent nécessaires pour garantir la sécurité sur nos routes départementales ; ou encore bien sûr nous préparer à la reprise programmée de l’enseignement dans nos collèges. 

Compte tenu de la progression de la maladie nommée COVID 19, le Premier Ministre a annoncé le 14 mars 2020 la fermeture, le jour même, dès minuit, de tous les « lieux recevant du public non indispensable à la vie du pays. Il s’agit notamment des sites touristiques restaurants, cafés, cinémas, discothèques. Les lieux de culte resteront ouverts, mais les rassemblements et les cérémonies devront être reportés. Il s’agit également de tous les commerces à l’exception des commerces essentiels. Resteront notamment ouverts les magasins et marchés alimentaires, les pharmacies, les stations essence, les banques et les bureaux de tabac et de presse. Tous les services publics essentiels à la vie de nos concitoyens resteront évidemment ouverts. » Cette décision a impacté les services du Département dès le lundi 16 mars 2020. 

Aujourd’hui, le retour très progressif d’activité en présentiel est guidé par la volonté de veiller simultanément à permettre d’adapter le niveau du service public rendu aux ariégeois aux besoins et de garantir le respect des règles de sécurité sanitaire. Il se fera en quatre phases, la phase 2 étant à partir du 11 mai, les deux dernières phases (3 et 4) n’ont pas de dates encore définies car dépendent de la situation sanitaire et matérielle.

Pour assurer la continuité du service et préparer la reprise très progressive d’activité, les directions ont travaillé étroitement avec le service prévention et actions sociales du personnel et le médecin de prévention pour définir les risques à éviter et proposer les équipements à prévoir. Des plaquettes de prévention ont été publiées à l’attention de tous les agents et un kit a été distribué. 

A noter que sur les 1100 agents que compte la collectivité, cent soixante dix ont pu assurer une continuité de leur mission (voir les différents articles présentés sur azinat.com sur les services en action pendant la période de déconfinement…) , 400 le feront en phase 2 Pour les collèges où les élèves doivent rentrer, le département estime qu’il devrait y avoir entre 900 et 1400 présents, ce qui impose une présence des personnels notamment au niveau de la restauration scolaire qui devra être assurée.

L’agilité des services, l’engagement des personnels et leur sens du service public ont permis d’assurer la continuité des actions prioritaires. 

Il est rapidement apparu qu’un nombre important de missions définies comme prioritaires pouvaient être poursuivies à domicile sous réserve de disposer d’un outil informatique adapté. La DSI a travaillé étroitement avec chacune des directions pour déterminer les besoins en postes informatiques et faire corréler le matériel disponible avec les missions prioritaires. 

Si une centaine d’agents ont pu progressivement se voir doter d’ordinateurs portables disposant d’accès à l’ensemble des logiciels métiers et aux réseaux, voire également de téléphones portables professionnels, la quantité de matériel disponible a imposé à la collectivité de s’appuyer, en mode dégradé, sur les agents disposant de leur propre matériel et acceptant de l’utiliser. 

La collectivité est parvenue à assurer la continuité des missions prioritaires au service des ariégeois en un temps record et avec une qualité souvent soulignée. Cependant, ce mode dégradé, soutenable en période d’urgence, ne peut perdurer. 

Le bilan complet de cette période très exceptionnelle devra servir de fondement à une réflexion de fond sur la mise en place du télétravail au conseil départemental.

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top