Les ariégeois ont de l'humourPersonnalitésToute l'actualité

Bernard Tapie, ariégeois d’origine

On apprenait dernièrement, la mort de Bernard Tapie, homme d’affaires et homme politique, et par là même ses ascendances ariégeoises et plus précisément niausiennes (ce qui nous permet d’apprendre également le nom des habitants de Niaux).

Il n’en fallait pas plus pour que notre illustrateur CIRE reprenne le crayon pour notre dessin de la semaine

C’était le grand-père de Bernard, qui avait décidé de quitter le monde de ses ancêtres paysans pour devenir cheminot et qui s’était retrouvé avec sa famille entre les deux-guerres, au Blanc-Mesnil, loin du petit village de Niaux, près de Tarascon-sur-Ariège. L’Ariège, où sont concentrées toutes les racines paternelles et où la remontée de la lignée patronymique va conduire un peu plus à l’est, aux environs de Lavelanet, d’abord à Benaix, puis à Villeneuve-d’Olmès, où l’on arrivera jusqu’à un premier Bernard Tapie : un simple brassier, né vers 1715, qui habitait le village de Villeneuve-d’Olmes et que l’on sait fils de Jean Tapie, ou Tapia, né vers 1690, et de Suzanne Soulié.

Villeneuve-d’Olmes, Saint-Paul-de-Jarrat, Fougax-et-Barineuf, Montferrier, Belasta… en Ariège ; Roquefeuil, dans l’Aude voisine… C’est dans ce coin de France, nommé le pays d’Olmes, que les racines sont profondément ancrées, au pied du château de Montségur, en plein pays cathare. Une branche par laquelle les généalogistes ont pu découvrir Bernard Tapie avoir des ancêtres communs avec la chanteuse Marie Laforêt.

extrait de : généalogie.com

https://www.rfgenealogie.com

Votre opinion sur cet article ?

Génial !
5
Chouette
1
J'aime
0
Dubitatif
2
CIRE
Né en 1971, Cire a commencé à dessiner très tôt dans les marges de ses cahiers. A dix-huit ans, il débute des études d'Architecture. Diplômé en 1998, il travaille pendant deux ans en cabinet d'Architecture. Sa voyante lui ayant prédit une carrière brillante dans l'illustration et la bd («vous serez plus admiré qu'Hergé et Zep réunis, voilà, ça fera 350 francs») il se lance en free-lance en 2001. En 2005, sa voyante lui dit de mettre sa page en ligne sur «le web» (« ... ça fera 75 euros ... »).

    Tu pourrais aussi aimer

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.