Politique Locale

Législatives : Rémi Dutrénois – Ensemble

Rémi Dutrénois, candidat dans la seconde circonscription pour “Ensemble” majorité présidentielle communique :

Les 12 et 19 juin, vous allez voter pour élire votre député. Celui qui doit vous représenter à l’Assemblée nationale, mais aussi qui travaille dans et pour son territoire pour les 5 prochaines années.

Ce choix est une expression de la démocratie et ne vous laissez pas voler ce droit, votre droit. C’est une question de droit, certes, mais c’est aussi une question de justice, une question d’avenir, pour vous et nos générations futures.

D’une part, votez et faites voter, car le droit de vote est un droit qui a été acquis trop chèrement, y compris par le sang ou encore trop tardivement pour les femmes.

Pour que ce droit soit pleinement exercé, c’est un devoir de citoyen que d’aller voter les 12 et 19 juin. On ne le répètera jamais assez.

D’autre part, ne vous laissez pas berner par le ralliement opportuniste ou d’intérêts de tous les élus locaux ariègeois, Maires, Conseillers Départementaux, Présidents d’intercommunalités ou de la Région qui appellent tous ou presque à voter pour Laurent Panifous, le dissident PS. Dans quel intérêt ??? Difficile à savoir où est la réalité et la transparence.

L’élection législative n’est pas une élection sénatoriale où seuls des élus votent, mais bien tous les électeurs. Ce rejet du PS local qui féodalise l’Ariège depuis des décennies est une des causes du désamour des électeurs pour la politique. Preuve en est le résultat calamiteux d’Anne HIDALGO aux dernières présidentielles.

L’Ariège se meurt de ce système entretenu par des baronnies locales. Désormais, y compris des élus de tous bords soutiennent ouvertement le candidat dissident PS. Et pourquoi ???

Ne vous y trompez pas. Quels compromis, quelles compromissions ont-ils fait pour qu’unanimement ils appellent tous à voter pour ce candidat ? A quel prix ont-ils tous cédé aux pressions ou aux basses manœuvres politicardes locales pour se vendre à un candidat qui ne pourra jamais porter utilement la parole de l’Ariège à l’Assemblée nationale ? Ces manœuvres sont là aussi une des raisons de mon engagement. Un engagement et une candidature de sincérité, à la différence des combines, pressions, chantages et autres conformismes qui pourraient avoir encore leur place dans ce département. Malheureusement, Monsieur Panifous est enfermé dans ce système où il leur doit tout, et son élection ne serait un qu’un étage supplémentaire dans ce renvoi d’assesseur.

Que l’on ne cherche pas à comprendre pourquoi une grande partie de l’électorat fuit les isoloirs, et quand ils y vont, s’expriment de manière radicale en votant pour des extrêmes. Les gens ne sont pas nécessairement des « fâchots », mais ils sont fâchés avec la politique et ses représentants. L’insincérité de ces élus, qui roulent tous pour un système verrouillé où la démocratie n’a quasiment plus sa place, est une des causes de ce rejet de la classe politique dans son ensemble.

Ce n’est plus la démocratie, car en Ariège, on pourrait se laisser à croire que le Député serait désigné par les élus locaux. Non, il y a un vote et chaque voix compte.

Pour ma part, je ne suis pas un professionnel de la politique, je n’ai pas de mandat électoral en cours, je suis un homme LIBRE et neuf qui se soumet à vos suffrages. Car à en croire ces ralliements, il faudrait être déjà élu pour prétendre à ce mandat de député…Mais la politique n’est pas un métier, c’est un engagement noble au service de ses concitoyens… or, ces gens-là semblent l’avoir bien oublié.

En âme et conscience, j’en appelle à la clairvoyance et à la lucidité de chaque électeur et électrice pour ne pas céder à cette fatalité. Non, l’Ariège ne peut pas se réduire à un non-choix et laisser accéder à la députation des candidats qui ne pourront pas faire bouger les choses, des candidats inaudibles, pour ne pas dire inutiles à l’Assemblée, comme nous l’avons aujourd’hui.

On peut me reprocher mon appartenance à la Majorité Présidentielle et que j’assume, mais toute l’agressivité qui s’exprime à mon égard n’a pas de fondements rationnels. Si je porte ce projet pour l’Ariège et le territoire, c’est pour le bien commun et pas pour moi. Il est beaucoup plus difficile de se présenter en Ariège avec la bannière majorité présidentielle qui suscite un rejet, une répulsion chez les anti-tout et qui ne voient en Emmanuel Macron qu’un instrument au service de la Finance. Non, je ne suis pas lui et j’ai très certainement la naïveté de croire qu’on peut l’aider à changer d’approche et de méthode pour gouverner ce Pays. Il a été réélu, et il est donc légitime et nous devons lui donner une majorité pour gouverner. Fondamentalement, c’est le seul qui peut fixer le cap pour le pays et l’Europe, c’est le seul qui a un projet réaliste et cohérent pour le présent et l’avenir.

Ce n’est pas une question de droite ou de gauche, c’est plus important, voire plus grave que cela. On ne peut pas rester insensibles aux réalités du terrain sur le pouvoir d’achat, sur l’accès aux soins, sur la mobilité, sur l’emploi, sur la sécurité et sur l’environnement. Nier cela, c’est s’en remettre aux extrêmes et mettre notre démocratie et nos libertés en danger.

Et ce ne sont pas des députés siégeant dans l’opposition qui permettront de construire la France de demain et encore moins aider les Ariègeois à changer ou à bénéficier de la proximité avec les membres du gouvernement, dans un sens comme dans l’autre. Votre député n’est pas le Député du Conseil Départemental ou du Conseil Régional, c’est celui de l’Assemblée nationale qui porte la voix de l’Ariège et de tous les ariègeois. L’appartenance au même bord politique que le maire, que le conseiller départemental ou de la région ne fera pas plus avancer les idées et les projets pour l’Ariège, voire le contraire. L’Ariège est déjà vue comme la tâche rouge en bas de la France, qu’elle ne devienne pas la tâche noire, oubliée à jamais.

Et ce n’est pas l’imbroglio idéologico-politique entre les NUPES et les futurs ex-PS qui bafouent tous leurs idées, leurs valeurs, la démocratie et qui finira nécessairement par une trahison qui va réconcilier les Français, les électeurs avec la politique. De toutes façons, la cheffe de file de ces dissidences a déjà appelé à voter NUPES au second tour, donc c’est bien la preuve de l’inutilité de leurs candidatures. C’est Monsieur LARIVE qui doit s’en réjouir.

Monsieur Panifous est surement une bonne personne, mais que pèserait-il à l’assemblée dans un groupe de 4 à 8 députés non-inscrits ??? Sa voix n’a aucune chance d’être entendue, ni d’un côté, ni de l’autre.

Dès le 12 juin, le seul vote UTILE pour l’Ariège, c’est voter Rémi DUTRENOIS, car Rémi DUTERNOIS est

Un homme libre, un homme audacieux, un homme courageux et seul dans l’adversité, un homme de convictions sincères et humanistes, un homme de dialogue et responsable, un homme droit, franc et honnête.

car Avec Vous, ENSEMBLE, nous allons faire bouger notre territoire et notre pays.

Pour vous servir d’abord Bien à vous vous

Rémi DUTRENOIS

 

Votre opinion sur cet article ?

Génial !
0
Chouette
0
J'aime
1
Dubitatif
3
redaction
La rédaction d'AZINAT.COM TV reçoit tous vos messages, communiqués et les sélectionne pour les diffuser au bon endroit et dans la bonne rubrique ..

    Tu pourrais aussi aimer

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Plus d’articles:Politique Locale