ÉCONOMIE ET ENTREPRISESInnovationUNE

Varilhes : Inauguration du nouveau centre de tri du Plantaurel

reportage 🎥 Ce mercredi 28 septembre, nous nous sommes rendu sur le site du Smectom du Plantaurel. Florence Rouch, Présidente du Smectom du Plantaurel ainsi que Guilhem Mayer, Directeur de la SCIC du Plantaurel nous ont ouvert les portes de ce nouveau centre de tri.

Sous l’effet des évolutions du cadre règlementaire, conjuguées aux initiatives qui lui sont propres, le SMECTOM du Plantaurel se doit de mettre en œuvre les dispositifs nécessaires pour réduire la production de déchets ultimes. La collecte sélective des déchets est un enjeu de poids pour l’atteinte de cet objectif. Pour assumer les nouveaux volumes, tout en assurant un tri de
performant pour le traitement des emballages, papiers et cartons.

Répondre aux nouveaux enjeux du tri

L’extension des consignes de tri à tous les emballages, inscrite dans la Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte (2015) et répondant aux objectifs nationaux de la loi AGEC (2020), a été appliquée par le SMECTOM dès novembre 2021.

Les nouveaux flux et volumes d’emballages cotes par ces nouvelles consignes se devaient d’être tries dans une installation de traitement adaptée. C’est dans ce cadre, et convaincu de la nécessité de simplifier le geste de tri afin d’augmenter ses taux de recyclage, que le Centre de Tri du Plantaurel propriété du SMECTOM et exploité par l’entreprise d’insertion SCIC ARL du Plantaurel, a été entièrement modernisé de fin 2020 à juillet 2022.

4 tonnes d’emballages triées par heure soit 12 000 tonnes par an.

Pour le financement de ces travaux de prés de 8 millions d’euros, d’importantes subventions ont été accordées par l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Énergie (1 314 223€), l’éco-organisme Citeo (831 811€), le Département de l’Ariège (637 303€) et la Région Occitane (404 815€).

Un centre de tri entièrement automatisé

Pour faire face à la multiplicité des anciens et nouveaux emballages collectés, les méthodes de tri doivent évoluer. Avant travaux, le centre de tri, construit en 2004, était peu mécanisé. Les différents emballages étaient extraits
manuellement, en début de chaine, autour d’un tapis roulant (tri positif). Le nombre d’emballages capte par le trieur était alors limité.

Le Centre de Tri du Plantaurel réceptionne dorénavant les collectes sélectives de l’ensemble du département de l’Ariège.

Dans la mesure où la simplification du geste de tri permet le dépôt de davantage de déchets valorisables (barquettes, pots de yaourt…) dans le bac jaune, elle s’accompagne parallèle de travaux nécessaires pour amasser de nouvelles matières. Le bâtiment existant a alors été agrandi de 1382m° et des machines, faisant appel aux dernières technologies (tris
optiques pour la séparation des plastiques, équipements permettant le tri des
aluminium…), ont été installées.

Les espaces ont et réorganises et le process de tri entièrement modifié avec une automatisation du tri beaucoup plus poussée. L’intervention du trieur se fait en bout de chaine et s’apparente à du contrôle-qualité puisque sont extraits du convoyeur (tapis de tri) les déchets indésirables (tri négatif). La capacité du centre de tri, devenu centre de tri départemental avec l’extension des consignes de tri applicables aux 153 000 ariégeois depuis le 1er juillet 2022, est ainsi portée à 4 tonnes d’emballages triées par heure soit 12 000 tonnes par an (contre 5 000 tonnes par an auparavant)

Impact de l’extension des consignes de tri

Le Centre de Tri du Plantaurel réceptionne dorénavant les collectes sélectives de l’ensemble du département de l’Ariège.

L’ergonomie des postes en cabine de tri a été particulièrement étudiée pour garantir aux salariés des conditions de travail
optimales

Les nouvelles consignes de tri, pour 123 000 usagers des territoires collecte et traitement desservis par le SMECTOM (7 intercommunalités ariégeoises sur huit) ont été mises en place le 1er novembre 2021.

Le 1er juillet, cette extension des consignes s’est étendue à l’ensemble des habitants du département, la Communauté de Communes du Couserans ayant confié au SMECTOM le tri des emballages collectés sur son territoire.

Une attention particulière aux agents de tri et à l’environnement de travail

Afin d’inscrire le métier d’agent de tri dans la durée, le centre de tri est aménagé pour offrir les meilleures conditions, tant sur le plan de la sécurité que sur celui de la qualité de vie au travail, aux trieurs.

Cette nouvelle configuration engendre une diminution de la pénibilité au travail des trieurs. L’ergonomie des postes en cabine de tri a été particulièrement étudiée pour garantir aux salariés des conditions de travail
optimales. Avec ces nouveaux équipements, le centre de tri respecte la norme NFX35-702 qui définit les exigences ergonomiques à intégrer dans la conception des cabines de tri manuel des déchets recyclables secs ménagers et assimiles.

Aujourd’hui, sur les 35 salaries de la SCIC, 23 disposent d’un contrat d’insertion (19 pour le centre de tri et 4 pour Eco-Ordi) soit 65% des salariés de l’entreprise

De plus, placés en bout de chaine, les agents de tri sont moins exposés au contact direct des déchets. L’intervention manuelle s’apparente à un contrôle qualité (les déchets non refuses par les machines le sont alors par l’homme) plus qu’à un pré-tri des déchets valorisables comme cela était le cas avec le précédent process.

Dès la construction du premier centre de tri sur le site de Varilhes, les élus du SMECTOM du Plantaurel ont souhaité, qu’au-delà de l’activité de tri des emballages, soit développée une activité économique permettant l’insertion des personnes éloignées de l’emploi. Le modele de l’entreprise d’insertion, de par son inscription dans l’économie de marché avec une finalité sociale, s’est imposé.

Avec la modernisation du centre de tri, le SMECTOM du Plantaurel a fait le choix de conserver ce mode de fonctionnement car il représente un apport important pour le département dans sa lutte contre l’exclusion.

Le centre de tri de Varilhes est exploité par l’entreprise d’insertion SCIC ARL du Plantaurel, dans le cadre des prestations intégrées. Aujourd’hui, sur les 35 salaries de la SCIC, 23 disposent d’un contrat d’insertion (19 pour le centre de tri et 4 pour Eco-Ordi) soit 65% des salariés de l’entreprise.

En quelques chiffres 

• 4 tonnes de déchets triées à l’heure
• 9 FLUX différents issus des emballages et 3 FLUX issus des papiers et cartons
• 23 SALARIÉS au centre de tri dont 14 en cabine
• Près de 8 MILLIONS D’EUROS investis
+3KG D’EMBALLAGES/HABITANT ET PAR AN avec l’extension des consignes de tri

Votre opinion sur cet article ?

Génial !
2
Chouette
0
J'aime
2
Dubitatif
2

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d’articles:ÉCONOMIE ET ENTREPRISES