Histoire et Patrimoine

Lieu de mémoire : Un témoignage de reconnaissance éternel à l’égard de Maria et Joseph Martinez

Ce vendredi 11 janvier, le lieu de mémoire « Place des Justes parmi les Nations Maria et Joseph Martinez » a été inauguré à Lavelanet en présence de leur fille Dominique, de leur petit-fils, de Lucie Waiter qu’ils avaient secourue.

« C’est avec une intense émotion et une grande fierté que nous vous accueillons ce matin pour l’inauguration du lieu de mémoire « Place des Justes parmi les Nations Maria et Joseph Martinez ». Rendre  une fois de plus hommage à Maria et José Martinez nous semblait nécessaire. Cette cérémonie nous permettra en outre de raconter à nos enfants, petits-enfants l’abnégation de ces « Justes », des gens ordinaires qui ont accompli des choses extraordinaires… Des gens comme José et Maria » a témoigné Marc Sanchez maire dont la ville  a rejoint le réseau« Villes et Villages des Justes de France ».

Ce réseau a pour ambition de réunir les communes ayant nommé un lieu porteur de mémoire afin de perpétuer le souvenir et les valeurs portées par « les Justes parmi les Nations. » Ces femmes et ces hommes qui, avec courage et au péril de leur vie, ont, au cours de la Seconde Guerre mondiale, sauvé des juifs en s’opposant aux persécutions nazies et à l’État français de Vichy.

Un devoir de mémoire envers les générations futures pour que cela ne se reproduise plus jamais

Une inauguration pour rendre hommage à José dit « Pépé », pilier du Stade Lavelanétien et Maria Martinez, qui ont recueilli et pris, à deux reprises sous leur protection, Sarah et Lucie Waiter. « Nous Lavelanétiens, nous leur disons la fierté et la reconnaissance de notre commune et de notre département. Nous conservons à leur égard une dette éternelle » a souligné Marc Sanchez. Des propos relayés par Jean-Michel Caux ancien maire qui n’a appris que récemment ce sauvetage: «Pépé était un homme très discret. Ce sont ces personnes qui nous permettent d’espérer dans la race humaine. » Francine Théodore-Leveque déléguée du Comité Français pour YAD VASHEMa rappelé que le 19 août 1953 fut créé à Jérusalem l’Institut Commémoratif des Martyrs et des Héros de la Shoah : YAD VASHEM. En 1963, une Commission présidée par un juge de la Cour Suprême de l’État d’Israël est alors chargée d’attribuer le titre de « Juste parmi les Nations », la plus haute distinction civile décernée par l’État hébreu, à des personnes non juives qui, au péril de leur vie, ont aidé des juifs persécutés par l‘occupant nazi. 26.513 personnes ont, de par le monde reçus cette médaille et le diplôme. 558 en Occitanie, et 21 dans l’Ariège, dont 12 à Aulus-les-Bains. Francine Théodore-Leveque a indiqué : « de merveilleux éclats de lumière, tels Maria et José surgissent de l’obscurité ; ne l’oublions pas, les héros ne sont pas uniquement ceux des champs de bataille. » Agnès Bonjean sous-préfète a conclu : « leur anonymat n’est plus de mise aujourd’hui. Nous leur devons honneur et respect et il nous appartient de perpétuer leur mémoire. » 

La cérémonie a été rythmée de discours, de musique, de la lecture du poème les « Justes » de Paul Rosenberg par Chantal Blazy adjointe. Lucie Waiter l’enfant sauvée par Maria et José est intervenue pour remercier Lavelanet, ses sauveurs. Très émue, Dominique Martinez-Chenet leur fille a également remercié le maire et la Ville pour leur engagement envers ses parents. 

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top