Actualités

En Ariège, le marché de l’immobilier évolue positivement

Maître Magalie Patino, déléguée départementale en charge de l’immobilier de l’Ariège de la Chambre des Notaires de la Cour d’appel de Toulouse a présenté et commenté le 28 octobre, à l’occasion de la traditionnelle conférence de presse de rentrée de la Chambre des Notaires, les chiffres du marché del’immobilier du département ariégeois.

La reprise du marché immobilier de l’Ariège, déjà constatée l’année dernière (+2,5% en volume de vente), se confirme cette année puisque qu’il présente à nouveau une évolution positive du volume des ventes à hauteur de +4,5%. Sur la période, pas moins de 3 070 transactions ont été enregistrées (2 700 l’an dernier) dont 2 410 ventes de maisons anciennes, 370 appartements anciens et 290 terrains. C’est les transactions sur les maisons anciennes (+4,8%) et les terrains à bâtir (+10,2 %) qui sont en croissance.

« Cette évolution des volumes est actuellement stimulée par des taux dintérêt très attractifs qui favorisent lacte dachat et qui permettent à des acquéreurs plus jeunes daccéder à la propriété. La tranche dâge des acquéreurs les plus représentés en Ariège est désormais celle des 30/39 ans (à 26%), ce qui est très encourageant. Lannée dernière et depuis de nombreuses années cétait celle des 40/49 ans qui investissait le plus suivie par les plus de 60 ans » commente Me Magalie Patino.

Les appartements anciens conservent des niveaux de prix quasi identiques à l’an dernier avec un prix médian au m2 qui s’établit en légère baisse à 1 190 €. Les appartements 2/3 pièces représentent de 34 à 31% des ventes (superficie spécifique au marché du loisir). Il y a toujours une grosse différence entre la Basse Ariège (1 090 € au m2) et la Haute Ariège (1 530 € au m2) qui bénéficie de l’attractivité touristique des stations de ski.

Sur le marché des maisons anciennes, on constate une petite évolution des prix à la hausse (+2,8 %) avec un prix médian à 104 900 €. Les maisons de 4 pièces sont les plus prisées et représentent 32% des ventes, signe sans doute de l’âge des acquéreurs les plus représentés et de leurs contraintes familiales. Le marché des maisons anciennes reste, comme celui des appartements, complètement hétérogène géographiquement :c’est en Basse Ariège que les prix sont les plus élevés 125 000 € pour 77 000 € en Pays d’Olmes.

Le prix médian pour une maison à Foix est de 132 300 € alors qu’il grimpe à 157 400 € à La Tour-du-Crieu qui bénéficie de la proximité toulousaine et d’une offre de biens plus importante. Les maisons sur Lavelanet ou Laroque d’Olmes, moins attractives géographiquement, présentent des prix bien inférieurs (respectivement 70 200 € et 82 500 €).

Concernant les terrains à bâtir l’offre disponible et les prix à la baisse (-5 %) invitent à acheter. Typicité ariégeoise, les volumes de vente augmentent contrairement à ce qui se passe au niveau national et dans les autres départements que compte la Chambre des Notaires. Il s’agit majoritairement de grandes parcelles (de 900 à 2 500 m2) ce qui signifie sans doute des acquisitions foncières réalisées par des promoteurs. Les prix médians variant par secteur : 40 500 € en Basse Ariège, 39 900 € en Haute Ariège et 30 000 € dans leCouserans.

Enfin, concernant le profil des intervenants en Ariège : 24% des acquéreurs sont issus des professionsintermédiaires, c’est la catégorie socio professionnelle la plus représentée; la moyenne d’âge desacquéreurs se situe pour la première fois entre 30 et 39 ans. A 66% les acquéreurs sont issus de l’Ariège, ce qui signifie toutefois qu’un tiers des propriétaires continuent d’arriver de l’extérieur du département, un bonsigne.

Enfin, la durée moyenne de détention d’un bien se situe à 15 ans. Les plus-values immobilières restent trèsmodérées aujourd’hui et cela n’est pas propre à l’Ariège. Certains biens restent longtemps à la vente, une offre met du temps à trouver sa demande tant que le prix ne s’ajuste pas à celui du marché.

Perspectives 2020

Les avant-contrats sur le marché de la maison ancienne restent encourageants. Le marché ariégeois confirme donc sa reprise, stimulée par une politique très dynamique des banques. Le profil des acquéreurs se rajeunit, c’est le moment d’investir en terre courage.

Quelques exemples de belles ventes réalisées récemment :

Ax les Thermes, une maison de maître de 15 pièces avec 10 000 m2 de terrain, 770 000 €
Mazères, une villa de 6 pièces 132 m2 avec 31 000 m2 de terrain, 530 000 €
Cazaux, un pavillon de 10 pièces avec 16 000 m2 de terrain, 505 000 €

alisée par la société Min Not, l’étude de l’évolution du marché se fonde sur les prix réels de ventes des biens immobiliers (hors droits, hors commissions, hors frais et hors mobilier) ; transactions enregistrées dans les études des notaires du département pour la période du 1erjuillet 2018 au 30 juin 2019.

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top