Santé

Moustique tigre : démarrage de la période de surveillance renforcée

Le moustique tigre est implanté et actif dans l’ensemble des départements de la région Occitanie. Chaque année, un dispositif de surveillance renforcée est mis en œuvre par les autorités sanitaires et leurs partenaires du 1er mai au 30 novembre.

Pendant cette période d’activité des moustiques tigres en métropole, l’objectif est à la fois de limiter leur implantation et de prévenir le risque de transmission des virus dont ils peuvent être le vecteur (Chikungunya, dengue ou zika).

Lutter contre le moustique tigre, c’est d’abord l’empêcher de se développer chez soi

Le dispositif de surveillance renforcée repose sur :

  • Une surveillance renforcée des populations de moustiques (surveillance entomologique).
  • Une sensibilisation des personnes résidant dans les zones où ces moustiques sont présents et actifs.
    La lutte contre ces moustiques et leurs larves constitue l’un des principaux moyens d’éviter la transmission de virus. C’est un réflexe à acquérir chez soi pour se protéger de manière collective.

Le dispositif de surveillance renforcée implique aussi :

  • Une surveillance médicale renforcée des cas humains des maladies que ce moustique peut véhiculer : chikungunya, dengue et Zika (surveillance épidémiologique). Cette surveillance mobilise les professionnels de santé de toute la région pour qu’ils effectuent le signalement immédiat à l’Agence régionale de santé de tout cas de patient présentant des symptômes de dengue, chikungunya ou Zika.

Une transmission du virus comparable aux années précédentes malgré les mesures sanitaires

En Occitanie en 2020,

  • 128 cas d’arboviroses importées (voyageurs) ont été signalées.

  • 3 cas autochtones de dengue signalés dans le Gard et l’Hérault (Personnes ayant contracté la maladie sans avoir voyagé en zone contaminée).

  • Ces signalements ont donné lieu à 172 enquêtes/prospections autour des lieux fréquentés par les cas

  • 125 traitements autour des lieux fréquentés par les personnes infectées où la présence de Moustique tigre était confirmée.

Malgré les restrictions liées au confinement, cette année est comparable à l’année précédente en terme de contamination. Les départements qui totalisent le plus d’interventions sont : Le Gard, la Haute Garonne et l’Hérault(123 enquêtes et 105 traitements )

En Occitanie 1480 communes sur les 4454 communes de la région (33%) sont colonisées ce qui représente 83% de la population régionale soit près de 5 millions d’habitants.

Le moustique tigre est essentiellement urbain. Son caractère anthropophile (qui aime les lieux habités par l’homme) explique qu’une fois installé dans une commune ou un département, il est pratiquement impossible de s’en débarrasser. Les départements dans lesquels le moustique tigre est implanté et actif, sont répartis en 2 catégories, les départements faiblement colonisés si moins de 40 % des communes du département sont colonisées, les départements fortement colonisés si au moins 40 % des communes du département sont colonisées.

 

Eviter le développement des larves de moustiques

  • Eliminer les endroits où l’eau peut stagner, à l’intérieur comme à l’extérieur : coupelles des pots de fleurs, pneus usagés, encombrants, vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées des gouttières…
  • Pensez aussi à entretenir les sépultures dans les cimetières, lieux propices au développement des moustiques.
  • Couvrir les réservoirs d’eau : bidons d’eau, citernes, bassins avec un voile ou un simple tissu ainsi que les piscines hors d’usage.

Se protéger des piqures

  • Porter des vêtements longs et protéger les pieds et chevilles, ce sont des mesures très efficaces pour réduire l’exposition aux piqûres. L’imprégnation des vêtements par des insecticides renforce cette protection (avantages : persistance du produit, coût et sécurité d’emploi puisque le contact avec la peau est fortement réduit).
  • Utiliser des répulsifs cutanés, ils contiennent un principe actif qui éloigne les insectes sans toutefois les tuer (à  appliquer sur toutes les parties découvertes du corps (à l’exception des muqueuses et des lésions cutanées étendues), visage compris, durée de la protection entre 6 à 12 heures selon la concentration du produit et de la température extérieure, à renouveler en fonction de la transpiration ou des bains et des douches, l’utilisation de crèmes solaires diminue l’efficacité de protection des répulsifs et réciproquement).

Les actions de sensibilisation renforcées se poursuivent

L’ARS et ses partenaires vont continuer à renforcer l’information du public, des professionnels de santé et des établissements de santé afin de sensibiliser davantage à la nécessité d’être vigilant et d’agir au quotidien face aux moustiques tigres

Votre opinion sur cet article ?

Génial !
0
Chouette
0
J'aime
0
Dubitatif
0
Laurence d'AzinatTv
Rédactrice principale sur Azinat.com, Laurence réalise au quotidien des reportages sur les produits et recettes du terroir ariégeois.

    Tu pourrais aussi aimer

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Plus d’articles:Santé