PatrimoineUNE

Les Fenestrelles, première œuvre artistique d’une série en Pyrénées en pierre sèche locale

Reportage vidéo.Dans le cadre d’un partenariat entre la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée et les huit Parcs naturels régionaux d’Occitanie, un appel à projets « innover en pierre naturelle » a été lancé pour les collectivités afin de réaliser des chantiers pilotes visant à valoriser l’utilisation de la pierre naturelle locale.

Une première réalisation était à découvrir en début de ce mois au Col de Port, entre Massat et Saurat, commune qui a lancé l’appel à projet avec l’appui du Syndicat mixte du Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises.

Cet appel à projets visait à initier la mise en œuvre d’expériences concrètes, en identifiant des chantiers exemplaires et remarquables dans tous les domaines d’utilisation de la pierre locale, et développer ainsi l’utilisation des pierres locales dans les Parcs naturels régionaux d’Occitanie.

C’est la première fois qu’on lance cet appel à projets, en partenariat avec la région.

 Amal Beraich, Chargée de mission architecture, urbanisme et patrimoine bâti au PNR.

L’idée c’était de valoriser les projets qui utilisent de la pierre et d’ouvrir sur les champs de la restauration et surtout de la création et la construction de toutes sortes de biens. Ici, le projet du groupement d’artisans de pierres sèches a été retenu car très symbolique et inspiré du paysage et s’inscrit parfaitement dans le site. Un autre doit suivre au Bordes-sur-Arize avec la création d’un jardin aromatique en pierre sèche confié à un autre artisan, en partenariat avec le Smectom pour illustrer aussi l’usage du compost.

Inspiré des paysages environnants, du col de Port, ses vues Est et Ouest, entre Gascogne et Languedoc, « Les Fenestrelles », proposées par le Groupement d’Artisans de Pierre Sèche (GAPS) sont la proposition artistique lauréate dont la réalisation est en passe d’achèvement.

Un jeu de regard pour tous les visiteurs et randonneurs du Col. Au-delà de cette réalisation, l’objectif est de perpétuer des savoir-faire traditionnels, anciens voire disparus et « d’accompagner les artisans à travers ce type de projets pilote, mais aussi des modules de formation et de contribuer ainsi à structurer une filière pierre locale qui puisse retrouver des usages dans la construction et les chantiers des professionnels et collectivités mais aussi des particuliers ».

Du circuit court en mode durable en quelque sorte défendu par Vincent Baudon, président du Groupement d’Artisans de Pierre Sèche (GAPS) qui espère que nombres de ses collègues artisans s’inscriront dans cette démarche.

Votre opinion sur cet article ?

Génial !
0
Chouette
2
J'aime
1
Dubitatif
0

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d’articles:Patrimoine