L'invité.e de la semaine

Les invités de la semaine : Patrick Ducome et Raymond Richard – Les Rencontres de Montségur

Cette semaine nous avons reçu sur notre plateau TV les deux initiateurs de l’association « les Rencontres de Montségur » Patrick Ducome et Raymond Richard, tous deux passionnés de l’Histoire des Cathares.

L’association est né en 2015 suite au constat qu’il y avait beaucoup d’associations étudiant le catharisme mais très peu de communication entre elles.

Les Rencontres de Montségur se veulent être un groupe actif qui a l’objectif revendiqué de rassembler les énergies de celles et ceux,  historiens, archéologues, théologiens, universitaires, écrivains, membres des associations, chercheurs et particuliers qui oeuvrent dans ce domaine de l’histoire des faits et des idées durant le bas Moyen-âge : le catharisme,  les croisades contre le Midi, en particulier, histoire conjointe à plus largement celle du Languedoc, de la Catalogne et de la Provence.

Le but affiché étant de prolonger une historiographie du catharisme tout en développant des thèmes de travail dans une relation vivante et amicale

Les Rencontres ont la prétention de donner de l’élan aux périmètres de recherche déjà existants à condition de regrouper l’effort de tous puisque force est de constater que chacune et chacun travaillent le plus souvent en autarcie quand ce n’est pas à huis clos.

L’association Loi 1901 « Les Rencontres de Montségur » dont le siège est à Montségur même, n’est pas une fédération au sens juridique du terme, elle ne possède aucun lien hiérarchique avec les autres associations, personnalités ou universités invitées à se  « fédérer », à se rassembler le temps court d’une journée annuelle. 

L’objectif de ces M.U.R, (mouvements unis de la Recherche), dont ce titre est un clin d’œil à l’esprit de résistance, est de réunir toutes les énergies qui concourent à ce que ne cesse jamais l’étude du catharisme et perdure la volonté de lutter contre le révisionnisme de leur épopée.

L’association est désintéressée de l’idée même du « pouvoir », débarrassée de toute connivence avec les égocentrismes et son initiative confirme sa volonté de faire se rassembler les meilleurs spécialistes, les dévoués chercheurs, les vibrants historiens, les particuliers souvent émouvants dans leur adhésion à l’étude de l’histoire du catharisme et de la religion des Cathares .

Deux rencontres annuelles !

Le 16 mars ou autour du 16 mars, date anniversaire de la chute du château, pour les rencontres proprement dites dans le village de Montségur…

En septembre ou octobre dans une ville ou village d’Occitanie sur le mode d’une rencontre entre chercheurs et curieux  avec cycle de conférences, reprenant là, le titre d’une revue oubliée aujourd’hui qui tient son lectorat en haleine  durant plus d’un siècle (1884) : 16 mars L’Intermédiaire des Chercheurs et Curieux »  www.icc-edition.fr

  • Patrick Ducome – Président (Journaliste conférencier)
  • Raymond Richard – Secrétaire Général (recherche documentaire)
  • Raymonde Gosselin – Trésorière
  • Annie Cazenave – (Historienne médiéviste Paléographe, historienne de l’Art, conférencière) Conseil de surveillance, éthique
  • Olivier Cébe – ( Historien de l’Art, conférencier) Responsable éditorial
  • Alain Fessard – Juriste  de l’association 
  • Gilbert Bonnet – (recherche documentaire)

Cette année, comme chaque année, les Rencontres de Montségur se sont déroulées le 16 mars, date symbolique de la chute de Montségur (16 mars 1244.)

Le public, venu en nombre à Montségur, occupait entièrement la grande salle du mythique Hôtel Costes, emblématique lieu de ce village historique où les nombreux pionniers de l’histoire moderne du catharisme se retrouvaient depuis le milieu des années 50.

Poète occitan, philosophe, historien du catharisme et historien de l’Art, René Nelli * était de ceux-là. Les conférenciers ont pu rendre un hommage mérité et appuyé à cet homme dont les travaux font autorité, lui, ce grand spécialiste du Moyen-Âge occitan, de sa métaphysique, de sa poétique et de l’Amour courtois.

« Montségur est un lieu qui a cristallisé beaucoup de choses importantes dans la vie de René Nelli » devait développer  Philippe Ramon, le propre neveu de l’auteur en permettant au public de découvrir qui fut cet homme, qui est cet écrivain. Philippe Ramon, put expliquer avec clarté les trois strates qui composaient son langage de philosophe : Le Temps, le Destin (Le hasard et la nécessité), le Néant ( la liberté de l’homme.) 

« Pour René Nelli, Montségur devait posséder de multiples zones de résonances. Ce qui est sûr, c’est qu’il a souhaité  « réhabiliter les Cathares », comprendre les raisons du sacrifice de leur vie (…) «  ajoutait-il, en précisant que Suzanne Nelli, son épouse, parlait de lui comme « le Prince de Montségur«  !

Annie Cazenave, historienne médiéviste, chercheur (Cnrs) fit une belle démonstration autour de l’œuvre poétique de René Nelli, s’appuyant sur «  La Reine de Mai – Folklore et Amour en Occitanie « ainsi que sur« Ramon de Miraval « comme sur ses publications concernant les Troubadours, « l’Erotique des Troubadours« et les« Ecritures cathares « 

Olivier Cébe, conférencier, historien de l’Art permit à chacun de pénétrer, grâce à son formidable talent de conteur, dans sa présentation d’un«  René Nelli, réveilleur de l’Aube…« ,à l’aune de la réalité de la langue d‘Oc, émaillée d’un cortège des souvenirs personnels qui le liaient au poète-écrivain-philosophe et chercheur.

De nombreux témoignages venus du public émaillèrent cette splendide évocation parmi lesquelles celle de l’éditeur-érudit Gilbert Bonnet autour des Cahiers du Sud et du fonds Jean Balard à la bibliothèque Alcazar de Marseille. Ainsi que celles des deux écrivains, Oria (souvenez-vous – « l’Evangile de la Colombe« – entre autres) et Mario Ferrisi saluons la sortie de son nouveau recueil (« Vers Sans Nord » )

D’autres témoignages écrits et reçus tant par l’écrivain-conférencier Jean-Louis Gasc (« Il était une fois Montségur« ), que par l’écrivain-diplomate et sociologue Gilles-Henri Tardy, programmé et empêché ce jour(« L’ aventure spirituelle de la Matière« furent lus devant la nombreuse et attentive assistance. 

 « Il vaut mieux vivre l’histoire plutôt que de la subir, n’est-ce pas ?  » questionne malicieusement Patrick duCome, le président des Rencontres.

Nul doute que les annuelles Rencontres de Montségur sont devenues un incontournable rendez-vous culturel.

*  René Nelli ( 20 février 1906- 11 mars 1982 Carcassonne)Docteur ès  annéeslettres, professeur de lettres et de philosophie au lycée de Carcassonne puis d’ethnographie méridionale à la faculté des lettres de l’Université de Toulouse, poète, essayiste, hermétiste, René Nelli est surtout connu pour ses travaux sur la culture occitane et sur le catharisme. 

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top