Agriculture

La Conf’Ariège alerte sur les menaces qui pèsent sur l’élevage de porc en plein air

Communiqué de la Confédération Paysanne de l’Ariège     

Aujourd’hui s’est tenue une visite de ferme à Contrazy dans le but d’illustrer les difficultés que rencontrent les éleveurs et les éleveuses de porc fermier en ariège. La Confédération paysanne de l’Ariège et le CIVAM BIO 09 qui organisaient cet événement ont souhaité montrer à la fois les spécificités et les avantages de l’élevage plein-air de cochons. Des élus (la député Bénédicte Taurine, ainsi qu’une représentante du député Michel Larive), des responsables de la DDCSPPP, de l’AREPSA, ainsi que la presse étaient présents. De nombreux paysans du département ont également pu participer, soulignant leur volonté de maintenir ce type d’élevage. En effet, les élevages plein-air sont aujourd’hui plébiscités par les consommateurs, pour leurs performances environnementales, économiques mais aussi sociales : ils permettent de valoriser des espaces en déprise, de produire des aliments de qualité en préservant l’environnement, de créer de l’emploi et bien sûr de construire une relation de travail valorisante entre éleveur.ses et animaux.

Dans un contexte où la peste porcine africaine s’installe dans le paysage européen, les mesures réglementaires de protection des élevages sont de plus en plus strictes. Les élevages plein-air, faisant face aux populations de sangliers potentiellement porteurs de la maladie, se retrouvent en première ligne. Malheureusement les propositions de clôtures pour les parcs à cochons faites par l’administration ne sont pas adaptées et donc mettent en péril les systèmes extensifs, en zone boisée ou pentue. En effet, aucun système de clôture mobile n’est actuellement validé pour les troupeaux où les femelles ne seraient pas stérilisées. L’objectif de la Confédération paysanne, entendu en partie par le ministère de l’agriculture, est que ces clôtures soient évaluées et validées. De plus, d’autres mesures de biosécurité restent pénalisantes : multiplier les sas sanitaires, désinfecter après enlèvement des animaux ou sans problème sanitaire particulier, établir le zonage de l’exploitation alors que souvent les zones publiques et d’élevage sont imbriqués. C’est l’ensemble de ces points que nous avons abordés lors de cet événement, où les représentants de l’État ont été très à l’écoute des problématiques rencontrées par les éleveurs de porc plein air en zone de montagne.

Angel Alegre
Co Porte parole
Confédération paysanne de l’Ariège Philippe Assémat
Président du CIVAM BIO 09

Crédit photo : ©azinat.com – porc noir élevage Patrice Mengod à Bélesta

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top