L'invité.e de la semaine

L’invité de la semaine : Vincent Pérez, Président de l’U2P et de la CAPEB

Représentative de 2,3 millions d’entreprises des secteurs de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales, soit les deux tiers des entreprises françaises, l’U2P est composée de trois membres fondateurs, la CAPEB (entreprises du bâtiment), la CNAMS (entreprises de la fabrication et des services), la CGAD (entreprises alimentaires de proximité), d’un membre actif, l’UNAPL (entreprises libérales), et d’un membre associé, la CNATP (entreprises des travaux publics et  du paysage).

Aujourd’hui, les artisans, les professions libérales, les entreprises du bâtiment, les entreprises des travaux publics et  du paysage lance un cri d’alerte.

Vincent Pérez, le Président de l’U2P et de la CAPEB, nous explique pourquoi.

Le président nous dit : «c’est la guerre» donc nous mettons à l’abris nos salariés, nos fournisseurs, nos clients.

Les experts gouvernementaux nous demandent de nous confiner que c’est l’homme qui transporte le virus, nous cessons nos activités immédiatement.

Le premier ministre nous dis que nous sommes en danger, mais que le chômage partiel pour nos salariés est la solution pour éviter la propagation, discipliné nous exécutons.

Mais Aujourd’hui tout est différent tout change, il faut aller travailler, reprendre une activité normale avec des aménagements. Mais nos clients ne nous veulent pas ils ont peur : «c’est la guerre» a dit le Président. Nos salariés ne comprennent plus : Mardi c’est reste chez toi et aujourd’hui c’est «au boulot». Les salariés en CDD qui avaient une lueur d’espoir avec le passage en CDI seront il chômeur à nouveau demain nouveau ?

Nos familles nous croyaient a l’abris et désormais on leur dit que nous devons retravailler. Vous avez fait peur a nos enfants et maintenant ils nous voient partir, qui va les consoler ?

« Nous ne sommes pas une valeur d’ajustement ni une sous population. Pourquoi les grandes entreprises, celles qui ont délocalisé, celles qui sont détenus par des capitaux seraient aidées et pas nous. En 2008 vous avez sauvé le système bancaire, en 2020 allez-vous sauver l’Artisanat ?
L’artisanat qui crée de l’emploi dans nos quartiers dans nos rues dans nos villes dans nos villages. Dans un monde de plus en plus individuel nous sommes le dernier lien Social.

Le président nous a demandé de nous confiner maintenant il nous demande d’aller travailler. Nous attendons sa prise de parole.« 

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top