Environnement

Les associations de protection de l’environnement, Le CEA et le Chabot, communiquent

Les associations de protection de l’environnement Le Comité Ecologique Ariégeois (CEA) et le Chabot souhaitent faire connaître leur positionnement sur l’annonce d’une concertation publique par la Chambre d’Agriculture de l’Ariège portant sur sa volonté de réaliser les épandages de produits chimiques de traitement au plus près des habitations. 

« Les associations de protection de l’environnement Le CEA et le Chabot considèrent comme une mascarade insupportable, l’ annonce début mai dans la rubrique des informations légales de la presse départementale, d’une concertation publique sur l’utilisation des pesticides organisée par la Chambre d’agriculture et dont le résultat sera validé par la Préfète ! Il s’agit d’un projet de « Charte d’engagement »* des agriculteurs du département sur l’utilisation des produits chimiques « phytopharmaceutiques » à proximité des habitations.

Déjà, les agro-industriels ont récemment réussi à obtenir un décret** définissant des distances de sécurité en matière d’épandages ridiculement faibles, reprenant purement et simplement les avis des fabricants de pesticides en tout genre, Monsanto en tête. Mais cela ne leur suffit encore pas !

La charte projetée par la Chambre d’agriculture 09, transforme les agriculteurs en «pharmaciens des plantes» et se propose, hors la liste officielle des perturbateurs endocriniens, de réduire les distances de sécurité selon les cultures à 5, 3 ou même zéro mètres des propriétés ou des habitations !

Comble du comble, pour appliquer ces nouvelles « distances », le gouvernement a prévu qu’il suffit que la Chambre d’agriculture du département « ouvre » une « concertation » à ce sujet.

Vu la volatilité et la dangerosité des produits de traitement épandus dont on retrouve partout les résidus, dans les milieux et les organismes vivants, les associations demandent l’application d’une distance minimale de sécurité de 150 m au-delà des habitations avec mise en œuvre de pratiques agricoles vertueuses sur cette distance, ne serait-ce, par exemple, qu’au moyen de la prairie dans un premier temps.

Ce n’est pas au contact de ces produits qu’on va renforcer nos défenses immunitaires… La crise sanitaire dont nous ne sommes pas encore sortis, nous donne l’occasion decomprendre que les activités doivent prendre en compte la santé de la population, que cela nécessite de s’affranchir des lobbies en allant vers de nouvelles solutions enfin respectueuses de l’environnement, de la biodiversité et des habitants, les trois étant liés.« 

*Projet de Charte de la Chambre d’Agriculture 09

**Arrêté 27 déc 2019_ mesures protection_utilisation produits phytopharmaceutiques

1 Comment

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top