SORTIR EN ARIEGEThéâtre

« Pisser dans l’Herbe », un monologue inspiré de la vie de trois détenus du 18 au 20 juin

« Pisser dans l’herbe » est un monologue inspiré de la vie de trois détenus, Christine Ribailly, Emilie D., Philippe Lalouel et du livre « Pourquoi faudrait-il punir ? » de Catherine Baker. A travers un personnage central, ce texte parle des conditions de vie au milieu carcéral et du système pénitentiaire français.

La pièce, interprétée par la compagnie « Les Crues », dresse un tableau qui interroge la justice, l’administration pénitentiaire et les modes répressifs.

…Je n’ai jamais avoué à ma grand mère que j’étais en prison, elle n’arrêtait pas de demander quand je viendrais la voir. Elle est morte avant que je sorte…

…Le problème c’est que l’obéissance et moi ça fait deux. Et après le choc du début de mon incarcération j’ai finalement repris mes esprits et ma lucidité sur ce qui se passe ici et je reste plutôt combative. Mais je ne pensais pas être embarquée longtemps entre quatre murs. ça a commencé avec deux gardes à vue suite à des manifestations contre le puçage des bêtes, avec refus de donner mes empreintes, à chaque fois je prends deux mois avec sursis. Puis une troisième garde à vue lors d’un parloir qui a mal tourné quand je suis allée visiter un pote : Outrage, Rébellion, cette fois deux mois de prison ferme, qui s’en suivent avec Outrage, Violence, Rébellion, un an ferme, qui s’ensuit avec Outrage, Violence, Rébellion, un an ferme, quatre ans plus tard j’y suis encore. Bref ça va couci-couça. Oui je refuse de donner mes empreintes. Oui je refuse les palpations humiliantes et répétitives. Laissez-moi en paix pisser dans l’herbe au milieu de mes moutons….

…Je me souviens que pendant une activité un maton nous a dit que s’il fallait étudier le bien fondé des règles pénitentiaires, il faudrait fermer toutes les prisons de France. Carrément. Alors là c’est bien la première fois que je suis d’accord avec un surveillant ! Il faudrait fermer toutes les taules de France ! Et une fille à côté de moi a dit : « Mais si il n’y avait plus de prison on irait où nous ? »…

Durée 75 minutes
A partir de 15 ans
Tarif libre
Infos lescrues@yahoo.fr _ 06 30 76 38 62

Les Crues

C’est une rencontre à travers le théâtre, 35 ans d’amitié. Des voyages, des retrouvailles et une furieuse envie de dire.

Alexia vient de Grèce, Caroline des Pyrénées ariégeoises. Elles se rencontrent en 1986 dans un atelier de théâtre universitaire à Montpellier III. Alexia travaillera comme comédienne sur les scènes nationales de France et de Grèce. Caroline choisira l’aventure qui l’amène aux Etats Unis, en Afrique de l’Ouest, en Polynésie. En 2012, elles se retrouvent toutes deux en Ariège. Les Crues naissent en 2014 dans l’évidence, dans la simplicité du travail partagé. Du besoin de repousser les scories, le vain, l’intermédiaire. Du plaisir de mordre à pleines dents. Dans le théâtre, encore et encore.

  • A La Bastide de Sérou le vendredi 18 juin à 19h
  • Au Déversoir, lac du Carla-Bayle – Les flots bleus en cas de pluie – 19 et 20 juin à 19h
  • A  Aygues vives, 24 route de St Léon le dimanche 4 juillet à 17h 

Votre opinion sur cet article ?

Génial !
0
Chouette
0
J'aime
0
Dubitatif
0
Laurence d'AzinatTv
Rédactrice principale sur Azinat.com, Laurence réalise au quotidien des reportages sur les produits et recettes du terroir ariégeois.

    Tu pourrais aussi aimer

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Plus d’articles:SORTIR EN ARIEGE