Image du jour

Des portes de Bordeaux à Daumazan sur Arize, un défi entre Père et Fils

Arnaud le papa et Bastien son fils, surnommé « Babas 33 », avaient programmé de longue date une aventure cycliste à partager entre Père et Fils pour rejoindre, de Cestas aux portes de Bordeaux, Daumazan sur Arize aux portes de l’Ariège, un village symbolique pour la famille PUJOL, où Mémé Noëlle, âgée aujourd’hui de 97 ans, réside à la maison de retraite de l’Ostal depuis bientôt 15 ans.

En 6 étapes, par le Canal des 2 Mers longeant la Garonne, nos 2 cyclistes partaient le dimanche 18 Août pour un joli raid d’environ 350 km en 6 jours, avec des escales dans les campings de Gironde, Lot et Garonne, Tarn et Garonne et Haute Garonne, avant d’apercevoir sur les coteaux de l’Arize, la chaîne des Pyrénées.

Le papa dans son début de quarantaine avait méticuleusement préparé l’itinéraire pour que son fils Bastien, pas tout à fait 12 ans, profite au maximum du partage tout en démontrant ses qualités de gagneur. Avec une remorque de près de 40 kg attelée au vélo du père, Bastien portait les sacoches à l’arrière de son vélo pour un poids de 12 kg.

Depuis son piano d’ordinateur, papi dit l’ARIÉ….JOIE, jouait les chroniqueurs pour diffuser sur FACEBOOK les péripéties quotidiennes  du 18 au 25 Aout. Un simple clic sur le lien joint vous donnera accès à ce périple entre Aquitaine et Occitanie, suivi chaque jour par 3 000 à 4 000 internautes : www.facebook.com/chez.ariejoie/

C’est à Castets en Dorthe qu’ils ont retrouvé la piste du canal latéral à la Garonne pour, au fil de l’eau, traverser les plantations d’arbres fruitiers du 47, autour d’Agen, puis découvrir l’Occitanie entre Moissac et Castelsarrasin.

Pour le 5 ° jour de la ville rose des bords de Garonne les a accueillis elle qui fut si bien chantée par Claude Nougaro dans Ô Toulouse, Ô Toulouse.

Le dernier jour, sous une température caniculaire ils ont affronté sur une soixantaine de km les côteaux du Lauragais, de la Lèze et de l’Arize pour arriver, éreintés, épuisés et fourbus à bon port, en traversant l’Arize à Daumazan.

C’est sous les yeux ébahis et admiratifs de l’arrière grand-mère à Bastien, qu’ils ont savouré leur fierté d’avoir accompli cet exploit de 440 km en 6 j, avec 30 heures passées sur la selle pour une moyenne de 15,2 km et des souvenirs pleins la tête.

La photo des 4 générations PUJOL réunies immortalisera cette belle tranche de vie relayée par les différents journaux de la région et en particulier La Dépêche du Midi qui avait dépêché son correspondant local du Fossat, Michel BUC.

Après une bonne douche il ne suffisait plus que de charger « la voiture balai » conduite par Papi Guy pour refaire le parcours inverse par l’autoroute avec à l’arrivée en guise de conclusion cette parole de Bastien :
 » Tu te rends compte Papa, on en a chié pendant 6 j pour faire Cestas-Daumazan et Papi, sans forcer, en 3 h a fait le retour, sans escale!!! »

En guise de félicitations le chroniqueur ARIÉ….JOIE, Papi Guy, dédie à ses 2 champions la chanson de Claudio Capéo : Riche

Tu seras peut-être pas le meilleur mon fils
Mais pourtant moi, je serai fier
A quoi ça sert d’être riche
Quand on est riche d’être père
Tu seras peut-être pas le plus fort mon fils
Mais à deux, on sera millionnaire
Que je sois pauvre ou bien riche
Tu seras riche d’un père.

Pour le lendemain il ne restait plus qu’à rapatrier le vélo de « Babas 33 » à Lanton, sur les bords du Bassin d’Arcachon, pour la rentrée en 5° au Collège de AUDENGE……..en vélo !

Un grand BRAVO à nos 2 cyclistes pour leur pari réussi.
Guy PUJOL dit l’ARIÉ…..JOIE

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top